Al-badil dénonce les ingérences étrangères visant le chef du gouvernement et d’autres personnalités

23-05-2019

Al-badil Ettounsi dénonce « ce à quoi font face le chef du gouvernement et certaines personnalités politiques, s’agissant de ce qui a été relayé au sujet de l’ingérence de parties étrangères qui les ont visés via les réseaux sociaux. »

Le parti appelle tous les acteurs « à prémunir notre souveraineté nationale contre les influences et les ingérences suspectes dans notre processus électoral. »

Dans un communiqué paru hier soir, l’alternative tunisienne a exprimé « sa peur grandissante envers l’instrumentalisation des sondages et leur orientation vers des visées attentatoires à la souveraineté, et préjudiciables à l’éthique et aux règles d’équité et d’intégrité ».

Le parti rappelle que « la déontologie de l’action politique est un acte et non une parole, et que les rivalités et les querelles intérieures quelque dures soient-elles, n’autorisent à quiconque de tirer sa force de l’étranger, ou de fermer l’œil sur le fait que n’importe quel acteur politique soit visé par l’étranger ».

Le parti appelle le gouvernement à préserver l’impartialité des instruments de l’Etat et la liberté d’expression.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun