Algérie : Gaïd Salah lance un dernier avertissement à l’ancien chef des renseignements

17-04-2019


Le chef d'Etat-major de l’armée algérienne et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, a réitéré l’engagement de l’armée "à accompagner et à sécuriser la période transitoire".

Il a exhorté, mardi dans une allocution, l’institution militaire à faire prévaloir les valeurs de "sagesse et de patience", face au "contexte spécifique et complexe propre au début de la période transitoire", appelant le peuple à conjuguer ses efforts pour surpasser cette étape.

Il a également affirmé l’engagement de l’armée "à contrôler les institutions transitoires", signalant que "toutes les options restent ouvertes pour parvenir à des solutions à la crise, dans les meilleurs délais".

Le chef d’état majeur a appelé à une "solution rapide" à la crise en Algérie et s’est attaqué frontalement à l’ancien chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), Mohamed Mediène, alias,Toufik.

Il a mis en garde contre "certaines personnes qui ont beaucoup abusé des capacités du peuple algérien, continuent encore à agir contre sa volonté et cherchent à attiser la tension, à travers des contacts avec des parties suspectes et certains responsables de partis politiques".

Certaines parties dont l’ex-président des renseignements ont tenté d’infirmer leur implication dans ces contacts, en dépit de preuves irréfutables, prouvant le contraire, a-t-il indiqué en substance.

Le chef d’état-major s’en est pris à ces parties qui soufflent sur les braises et entravent une sortie de crise, lançant "un dernier avertissement au Général Taoufik, au cas où il persiste dans ces comportements, des mesures fermes seront prises à son encontre".

Il a affirmé que la décision de l’armée dans la protection du peuple était irréversible, et ne saura s’en détacher, quelles qu’en soient les circonstances.

Ahmed Gaïd Salah a, par, ailleurs fait savoir que l’armée avait adressé des instructions claires pour protéger les citoyens pendant les manifestations, appelant les protestataires "à éviter le recours à la force, à préserver les biens publics et privés, et à respecter les symboles de l’Etat, en prime le drapeau national".

Gnet