Chokri Belaïd : Imed Daïmi clarifie sa position et s’excuse

07-06-2019

Le député Imed Daïmi « présente ses excuses pour la mémoire de Chokri Belaïd, sa famille, ses camarades, suite aux propos qui lui ont été imputés », portant atteinte au martyr dans une interview parue il y a une semaine.

Dans un post sur sa page Facebook, le député écrit que cette interview était « un échange politique ramadanesque dans un café », signalant que « certaines formulations se sont appuyées sur le style du sensationnel et du buzz ».

Il a dit avoir évoqué l’évaluation de l’étape et de ses acteurs à commencer par sa famille politique, en arrivant à Chahed, son parti, Essebsi, ses clans, en passant par Ennahdha et le front populaire.

Au sujet du front populaire, « j’ai souligné l’absence d’harmonie entre ses composantes et les désaccords historiques les divisant. J’ai rappelé l’histoire militante commune contre la dictature qui nous a rassemblés avec le parti des travailleurs dans le mouvement du 18 Octobre, lequel a mis les idéologies de côté, pendant de longues années avant la révolution. A l’heure où parti des démocrates patriotes unifié « el-Watad » s’était positionné dans une alliance objective avec Ben Ali, et son régime, pour avoir fait valoir l’idéologie ».

Le journaliste a évoqué le nom de Chokri Belaïd dans l’interview, étant l’un des symboles du Watad… »j’ai dit que sa position était celle du Watad, comme une donnée historique, en insistant sur tout le respect que je lui dois en tant que martyr de la patrie. »

Le Front populaire s’en est pris à Daïmi pour avoir sali la mémoire du martyr Chokri Belaïd.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun