Dépression saisonnière: Explications et conseils par le Dr Hedi Khlif, psychiatre

07-12-2020

L’hiver a bien fait son entrée en Tunisie. Depuis quelques semaines, le temps s’est gâté et le froid s’est installé, apportant avec eux quelques désagréments. Parmi eux, la dépression dite  « saisonnière ».

Le Dr Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur au National Institute of Mental Health, a été le premier à démontrer, en 1984, le lien entre lumière et dépression.

Qu’est ce que la dépression saisonnière? Comment la différencier d’une dépression classique? Quels sont les traitements?  Docteur Hedi Khlif, psychiatre installé à Tunis a bien voulu répondre à ces questions et nous donner quelques conseils.

Qu’est ce que la dépression saisonnière?

La dépression saisonnière, est une dépression liée au manque de lumière naturelle. Pour que l’on parle médicalement de dépression saisonnière, il faut que cette dépression survienne au même moment chaque année, en automne ou en hiver, pendant au moins 2 années consécutives, et qu’elle dure jusqu’au printemps suivant.

En effet, la lumière joue un rôle important dans la régulation de l’horloge biologique interne. Celle-ci contrôle plusieurs fonctions du corps suivant des rythmes bien précis, comme les cycles d’éveil et de sommeil et la sécrétion de diverses hormones.

Quels sont les symptômes de cette dépression?

La dépression saisonnière est un tableau dépressif avec tous les éléments de la dépression: tristesse de l’humeur, manque d’envie de faire les choses, perte de sensation de désir en faisant les choses, perte de motivation, difficulté de concentration, baisse de la libido, etc…

La dépression saisonnière est une pathologie qui peut nous suivre toute notre vie. Elle est également qualifiée de maladie hormonale car la lumière agit sur le corps qui produit des hormones, notamment la Vitamine D qui nous vient de la lumière du soleil.

Qu’est ce qui nous permet de faire la différence entre une dépression saisonnière et une dépression classique?

Dans la dépression saisonnière, la personne fait apparaître un excès de sommeil alors que dans la dépression classique ils sont victime d’insomnie. Autre caractéristique qui nous permet de faire la différence: l’appétit. En effet, dans la dépression classique il y a une baisse de l’appétit alors que dans la dépression saisonnière il y a une augmentation de l’appétit vers des aliments caloriques comme le gras et le sucre.

Il faut également la différencier du « blues hivernal ». On peut tous être sensible à la météo, mais dans les vraies formes de dépression hivernale c’est l’intensité et la durée de celle-ci qui peut nous alerter. On peut parler de dépression que quand les symptômes atteignent une certaines intensité et une durée de plus de 15 jours. Donc quand cela dure 3-4 jours/ Une semaine, ce n’est pas une dépression.

Qui sont les personnes les plus touchées?

C’est une maladie qui touche beaucoup plus les gens qui vivent en occident, car le soleil se fait plus rare que sur le continent africain. Toutefois il existe des patients en Tunisie qui en sont atteints.

Cela peut commencer à n’importe quel moment de la vie. Cela peut arriver chez les enfants et chez les adolescents. Cela se traduit par des comportements plus irritables, ils deviennent plus durs à gérer, insolents ou alors ils s’isolent complètement.

Les enfants ont plus de mal à exprimer verbalement leurs sentiments, chose qui passe par des phénomènes comportementaux.

Quels sont vos conseils pour faire face à la dépression saisonnière?

Il faut capter la lumière au maximum. Il ne faut pas hésiter à faire des marches au soleil, à s’exposer au soleil dès qu’il se présente, faire du sport, avoir des pensées positives. Pour ceux qui en ont les moyens, je leur conseille de voyager vers des pays où les saisons sont inversées par rapport aux nôtres.

Il y a aussi la possibilité de réaliser des séances de luminothérapie. Ce sont des lampes UV de couleur blanche qui sont appliquées 30 à 60 minutes par jour pendant toute la période.

On peut proposer des cures de Vitamine D. Cela peut également passer par des cures de mélatonine  qui est l’hormone qui règle le cycle du sommeil et qui peut agir sur l’humeur. On peut aussi agir sur la sérotonine, qui est l’hormone qui régule nos humeurs.

Dans les cas les plus extrêmes nous pouvons prescrire des antidépresseurs juste pour la période en question.

Si l’on croit souffrir de dépression saisonnière, il est tout de même préférable de consulter un médecin afin qu’il établisse un diagnostic clair.

Wissal Ayadi

Lire aussi

National National National National Tunisie : Faouzi Mehdi dévoile les phases de la c