Des projets d’énergie solaire photovoltaïque prévus dans cinq régions de Tunisie

23-07-2019

Le gouvernement a entamé fin 2016 la mise en exécution de son programme de développement de la production électrique à partir des énergies renouvelables.

Le ministère de l’Industrie et des PME a lancé un appel d’offres pour la réalisation de cinq projets d’énergie solaire photovoltaïque sous le régime de concessions, d’une valeur totale de 500 mégawatt, soit 12 % de la demande maximale enregistrée en 2018, moyennant des investissements aux alentours de 1200 millions de dinars, répartis sur Kairouan, Gafsa, Sidi Bouzid, Tozeur et Tataouine, souligne une note rendue publique.

Le ministère a reçu à cet effet huit (08) offres pour chaque projet, de la part des plus grandes compagnies mondiales dans ce domaine, ce qui montre l’intérêt des investisseurs pour la destination tunisienne et leur confiance dans son économie

Le département qui publie les résultats préliminaires d’ouverture des plis financiers, souligne que le tarif proposé pour le projet de Tataouine, de la part de la compagnie norvégienne Scatecsolar est le plus bas au niveau africain, et le meilleur au niveau mondial.

Les tarifs proposés permettront de réduire les coûts de production sur le plan national, d’alléger les charges allouées à la subvention de l’énergie, et d’éviter l’importation du gaz naturel, dans une proportion d’environ 5 %.

Ces projets entreront en exploitation à compter de 2021, et s’inscrivent dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant à concevoir une nouvelle politique énergétique, répondant aux exigences et aux défis de l’étape, en tentant de passer des modes traditionnels, à un nouveau modèle énergétique durable, reposant sur la diversification des sources et des modes de production et de consommation, l’accès et la maîtrise de l’énergie.

Le gouvernement a opté pour une nouvelle stratégie de transition énergétique reposant sur plusieurs axes à l’instar de la baisse de la demande de l’énergie primaire dans une proportion de 30 %, par rapport à 2010, l’incitation à la production des énergies alternatives à travers trois modes différents : l’autoproduction, les permis et les concessions.

Le programme comporte au cours de la période 2017-2022 l’installation de plus de 1800 mégawatt supplémentaires.

Le gouvernement tend par ailleurs dans le cadre de cette stratégie, à réaliser un saut qualitatif, dans le secteur des énergies renouvelables, à travers d’importantes incitations aux investisseurs dans le secteur privé, en vue de les encourager à lancer des projets, ce qui est de nature à contribuer à la baisse de l’actuel déficit énergétique.

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun