« Diplomates français » : Garrach dément les informations de RFI, et les qualifie de « graves »

23-04-2019

La porte-parole officielle de la présidence de la république, Saïda Garrach, a opposé un démenti aux déclarations rapportées par Radio France internationale (RFI), au sujet des diplomates français et imputées à une source de la présidence de la république, les qualifiant de « graves et attentatoires à la sûreté tunisienne ».

Dans une déclaration à la TAP, Garrach a affirmé que la radio française avait diffusé l’information sans s’assurer de l’information auprès des canaux officiels, signalant que « la question des diplomates européens a été traitée et réglée dans les cadres légaux, selon les usages diplomatiques ».

Citant une source bien placée au palais présidentiel de Carthage, RFI a rapporté, que les treize Français interceptés, la semaine dernière, à la frontière libyenne ne sont pas des diplomates, comme l’affirme la France, mais des membres des services de renseignements. Il en va de même pour l’autre groupe d’Européens qui ont été interceptés, en mer, au large de Djerba.

« Ces agissements portent atteinte à notre souveraineté », s’agace cette source avant d’ajouter qu’ « il y a beaucoup de va-et-vient vers la Libye », ajoute la radio.

Selon cette même source, l’île de Djerba, dans le Sud tunisien, « est devenue une base arrière » pour les services de renseignements étrangers, indique-t-elle.

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun