Donald Trump va « suspendre » l’immigration « pour protéger les emplois »

21-04-2020

AFP – Face à « l’ennemi invisible » du coronavirus, le président Donald Trump a annoncé « suspendre temporairement » l’immigration aux Etats-Unis pour « protéger les emplois » des Américains et l’économie du pays, aujourd’hui le plus touché par la pandémie.

« A la lumière de l’attaque de l’Ennemi Invisible, et face à la nécessité de protéger les emplois de nos GRANDS citoyens américains, je vais signer un décret présidentiel pour suspendre temporairement l’immigration aux Etats-Unis », a tweeté Donald Trump.

Le coronavirus, qu’il qualifie d' »ennemi invisible », a déjà tué plus de 42.000 personnes aux Etats-Unis, nouvelle ligne de front de la maladie. Près de 22 millions d’Américains ont perdu leur travail en raison de l’épidémie.

Depuis son apparition en décembre dans le centre de la Chine, le Covid-19 a fait au moins 167.594 morts dans le monde. La Chine a jugulé la maladie, qui a ensuite frappé l’Europe (deux tiers des décès dans le monde) et aujourd’hui les Etats-Unis.

Le président-milliardaire, candidat à sa réélection en novembre 2020 et dont la limitation de l’immigration est un des habituels chevaux de bataille, n’a donné aucun détail sur la manière dont il entendait appliquer cette mesure, et pour combien de temps. Mais il pourrait signer un décret en ce sens dès mardi, selon le Washington Post.

Face à l’expansion de l’épidémie, il avait dès janvier restreint les déplacements avec la Chine, avant d’interdire les voyages entre les Etats-Unis et la plupart des pays européens à la mi-mars.

Donald Trump s’est depuis montré impatient de relancer la machine économique face aux efforts déployés pour lutter contre la maladie et a encouragé les manifestants en colère contre les mesures de confinement dans certains Etats.

Cette annonce intervient alors que le pétrole a connu lundi un effondrement historique: le cours du baril à terme est passé en-dessous de zéro pour la première fois, conséquence d’une chute vertigineuse de la demande et des réserves américaines proches de la saturation.

Le prix du baril américain de pétrole brut coté à New York pour livraison en mai s’est ainsi effondré à -37,63 dollars: ces barils américains ont perdu toute leur valeur et les investisseurs souhaitant s’en délester n’ont d’autre choix que de mettre la main à la poche pour trouver preneur.

Le cours de l’or noir s’est toutefois redressé mardi matin en Asie en revenant légèrement au-dessus de zéro.

« Le problème c’est qu’en ce moment dans le monde, personne ne conduit de voiture », a résumé à sa manière le président américain Donald Trump. « Les usines sont fermées et les commerces sont fermés ».

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un