Elyes Fakhfakh rencontre Nabil Karoui et marque contre son camp

07-02-2020

Après s’être obstiné depuis sa désignation d’exclure Qalb Tounes, des concertations liées à la formation de sa future coalition gouvernementale, Elyes Fakhfakh a fini par s’entretenir ce vendredi, avec une délégation d’Au Cœur de la Tunisie, deuxième parti de la majorité parlementaire à l’issue des législatives d’octobre dernier (38 députés). Une rencontre qui intervient au lendemain de la réunion tripartite de la veille au domicile de Rached Ghannouchi.

« Le chef du gouvernement désigné a rencontré ce matin à Dar Dhiaffa à Carthage, le président de Qalb Tounes et la délégation l’accompagnant, pour les tenir informés de la méthodologie de formation du gouvernement, et échanger les points de vue sur les contenus et priorités du document contractuel de la coalition gouvernementale », écrit Elyes Fakhfakh sur sa page officielle.

Avec cette rencontre, Elyes Fakhfakh marque contre sans camp, se rétracte, et se soumet à la condition d’Ennahdha d’associer le parti de Karoui à la future coalition, sous peine que le mouvement ne lui vote pas la confiance à l’Assemblée.

L’erreur politique du successeur désigné de Youssef Chahed est qu’il a abattu ses cartes d’emblée, et n’a pas laissé les choses prendre leur cours normal à travers les négociations.

Ennahdha reprend le contrôle de la situation, et répond à ceux qui l’accusent de revirement envers le parti de Nabil Karoui, entre la période Jemli et celle de Fakhfakh, par le besoin pour la Tunisie d’un gouvernement d’unité nationale.

Reste une étape décisive qui s’ouvre celle liée à l’attribution des portefeuilles ministériels aux membres de la coalition gouvernementale en devenir. Laquelle s’ouvre par une discorde entre ceux qui cherchent à assurer l’impartialité des ministères de souveraineté, et d’autres qui exigent que ceux-ci soient confiés à des politiques, comme le Courant démocrate qui réclame soit le ministère de l’Intérieur, soit celui de la Justice, où son allié le mouvement Echaâb qui appelle à un gouvernement éminemment politique et rejette l’entrée de technocrates indépendants à l’équipe en gestation.

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un