Festival de la musique et de la chanson tunisienne du 24 au 30 avril

10-02-2020

Après plus de 10 ans d’absence, le Festival de la musique et de la chanson tunisienne fait son grand retour.

Très attendu par les amoureux de la musique tunisienne, cette compétition  est organisée par le ministère des Affaires culturelles et le Pôle musique du Théâtre de l’Opéra et aura lieu de 24 au 30 avril, soit la première semaine du mois de Ramadan. Le comité du Festival a organisé ce lundi 10 février, une conférence de presse, à la Cité de la Culture, afin de présenter cette manifestation, et ses objectifs.

Les prétendants aux trois prix auront jusqu’au 16 mars pour déposer leurs dossiers. Cette compétition est ouverte aux compositeurs, aux auteurs et aux chanteurs de nationalité tunisienne, âgés de plus de 18 ans. La principale condition demeure dans la nouveauté de l’œuvre présentée. En effet, les projets ne doivent pas avoir été présentés dans d’autres concours, ni diffusés dans des médias ou des plateformes Internet.

Le jury est, quant à lui, composé de huit membres : 1 musicien, 2 interprètes, 2 auteurs, 1 metteur en scène, un poète et enfin un huissier-notaire.

Les candidats concourent pour trois prix :

  • Prix de la meilleure chanson
  • Prix de la meilleure composition instrumentale
  • Prix de la meilleure valorisation du patrimoine musical populaire.

A la clé pour les lauréats, il y aura des récompenses financières de 32 000 DT, 26 000 DT et de 20 000 DT pour les chansons gagnantes et respectivement de 16 000 DT , 13 000 DT et 10 000 DT pour les compositions gagnantes, ainsi que la possibilité de présenter leurs œuvres en Tunisie et à l’étranger.

« Cela fait de nombreuses années, que nous poussons pour que ce festival renaisse avec une nouvelles vision et une nouvelle image », nous explique Ezzedine Beji, Directeur de cette première édition. En effet, ce festival a du mettre un point d’arrêt à cause de nombreuses rumeurs de fraudes et de corruption dans l’attribution des prix.

« Notre objectif principal est de remettre en valeur l’empreinte originelle de la musique tunisienne dans les créations de la nouvelle scène musicale tunisienne», affirme Ezzedine Beji. En effet, il regrette le manque de visibilité de celle-ci dans la musique du monde arabe en général. « Quand vous écoutez un morceau qui vient du Maroc, de Libye, d’Algérie ou du Moyen-Orient, vous comprenez directement d’où il vient. Pour la musique tunisienne, ce n’est pas le cas ». Il explique cette situation par le penchant des artistes tunisiens vers les sonorités moyen-orientales.

L’autre objectif de cette manifestation est de mettre en lumière des artistes issus des régions. Si l’activité du secteur musical est essentiellement concentrée dans la capitale, qu’en est-il en effet  des autres régions qui recèlent, elles aussi, de nombreux talents ? Ainsi, a travers ce festival, il s’agit également de découvrir la richesse illimitée du folklore tunisien.

Un programme complet et détaillé du Festival de la musique et de la chanson tunisienne sera dévoilé dans les prochaines semaines. Cet événement sera l’occasion d’occuper les soirées de cette premières semaine du mois sacré de Ramadan.

Retrouvez en vidéo l’interview de Ezzedine Beji, Directeur de la première édition du Festival de la musique et de la chanson tunisienne.

Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un