« Hamas n’acceptera pas le deal du siècle quel que soit le prix à payer » (al-Arouri)

12-04-2019

Le chef adjoint du bureau politique du mouvement de résistance Hamas, Saleh al-Arouri, a déclaré que l’affaire la plus grave pour le peuple palestinien, est le deal du siècle, que l’administration américaine tente d’imposer, avec le soutien de certains pays arabes.

Dans une allocution à l’université de Birzeit, relayée par le site de Hamas, al-Arouri a qualifié le mouvement Hamas de bouclier devant le deal du siècle, affirmant que celui-ci ne passera pas, quel qu’en soit le prix à payer.

La cause palestinienne est confrontée, pour la première fois, à une affaire aussi grave, face à une hégémonie américaine et une soumission arabe, a-t-il déploré.  "Nous disons à Trump, Netanyahu et tous les comploteurs : les droits de notre peuple en Palestine sont indélébiles".

Il a encore dénoncé ce qu’il qualifie "un complot sioniste international contre la ville d’al-Quds, en vue de la judaïser, et d’y imposer le fait accompli".

Al-Quds a besoin d’une mobilisation nationale, musulmane et chrétienne, pour la défendre face aux conspirations, a-t-il prôné.

Au sujet des Palestiniens détenus dans les geôles israéliennes, il a indiqué qu’ils menaient une bataille importante pour arracher leurs droits, signalant que "l’affaire des prisonniers palestiniens est en tête des priorités de la résistance dans ses pourparlers avec la délégation égyptienne".

S’agissant des derniers arrangements avec l’occupation intervenus avec une médiation égyptienne, il a indiqué que "la trêve à Gaza n’est pas un accord de paix ou un armistice, mais c’est une manière d’arracher des droits avec la force de la résistance et ses armes, pour garantir des conditions de vie pour notre peuple".

Il affirmé que Hamas ne fait et ne fera partie de n’importe quel complot ou négociations secrètes avec l’ennemi, d’une manière directe ou indirecte.

"Les négociations secrètes ne sont pas dans l’éthique du mouvement, qui n’acceptera aucune solution reconnaissant l’entité sioniste", a-t-il asséné.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun