Hassan Nasrallah adresse un message au sommet arabe de Tunis

28-03-2019

Le Secrétaire Général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a qualifié la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan, comme "un événement charnière dans l’histoire du conflit arabo-israélien, et traduit une désinvolture envers les Mondes arabe et musulman, seulement pour l’intérêt d’Israël".

Le président américain avait signé lundi dernier un décret attestant la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, occupé en 1967 et annexé en 1981, une décision largement rejetée par la communauté internationale.

Dans un discours télévisé retransmis par la chaîne al-Manar, le chef de la résistance libanaise a affirmé mardi 26 Mars que "la décision de Trump portait un coup fatal à ce qui est appelé le processus de paix dans la région, fondé sur le principe de la terre contre la paix". "Cela ne se serait pas produit, si ce n’était pas le silence du monde, face à la reconnaissance par Washington d’al-Quds, comme capitale d’Israël", a-t-il dit.

Les communiqués de condamnation ne sont plus utiles, face à la démarche américaine, a-t-il estimé, appelant la Ligue arabe "à annoncer lors de son sommet prévu à la fin du mois à Tunis, le retrait de l’initiative de paix arabe, et à revenir au point zéro. Ce sera la réponse politique la plus élémentaire, qui aura une valeur politique et morale", a-t-il souligné.

L’initiative de paix arabe annoncée à Beyrouth en 2002 prévoit le retrait total d’Israël des territoires occupés en 1967, en contrepartie de la normalisation de ses relations avec les pays arabes.

Hassan Nasrallah a affirmé que "le seul choix devant les Libanais et les Syriens pour récupérer leurs territoires occupés par Israël, et devant le peuple palestinien pour recouvrer ses droits légitimes, est la résistance et puis la résistance, à l’heure où la résistance se prévaut de plusieurs victoires, et où l’axe de la résistance est fort".

La Rédaction

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun