Hichem Mechichi : La lutte contre la cybercriminalité un des défis majeurs pour notre pays »

15-05-2021

En réponse à l’invitation du président français Emmanuel Macron et de la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi a participé  ce vendredi 14 mai 2021 au deuxième sommet virtuel de lutte contre le terrorisme en ligne, qui réunit les leaders signataires de « l’appel de Christchurch » contre les contenus terroristes et extrémistes sur internet.

A cette occasion, Mechichi a salué cette initiative conjointe et a exprimé sa volonté de renforcer, à travers cette participation, la mobilisation en faveur de cet appel.

Il a également souligné que la commémoration de « l’appel de Christchurch», symbolisant l’opération terroriste ayant visé deux mosquées à Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019, qui  a engendré la mort de 51 personnes, coïncide cette année avec la célébration de la fête de l’Aïd El-Fitr. « Une fête qui renvoie aux valeurs de la tolérance et de solidarité ancrées dans les mœurs  de tous les musulmans », souligne-t-il.

Dans son intervention, Hichem Mechichi a déclaré que la date du 15 mars 2019 demeure un souvenir douloureux, qui rappelle la nécessité  de continuer à  œuvrer pour garantir la liberté du culte, et la liberté de différence entre les cultures et les civilisations, qui représentent en Tunisie, une source de richesse. Il a ajouté dans ce sens,  que garantir un internet libre, ouvert et sécurisé est un défi essentiel pour  nos sociétés modernes.

Le chef du gouvernement a rappelé aussi que les réseaux sociaux ont joué un rôle central dans l’instauration de la démocratie en Tunisie, poursuivant que notre pays a amplement travaillé sur l’intégration de la technologie moderne pour instaurer une approche participative, préserver la transparence au cœur des affaires publiques, et mettre en place une participation effective des représentants de la société civile, dans le but de renforcer le rôle de ces institutions.

Il a ajouté également, que la Tunisie a elle aussi été victime de plusieurs attaques terroristes lâches exécutées par des groupes terroristes dans une tentative de déstabiliser l’État, notamment en ciblant l’armée nationale et les forces du régime ou en détruisant le modèle d’ouverture en ciblant le musée du Bardo.

« Nous sommes résolus à combattre ce phénomène par la force du droit conformément aux meilleures pratiques internationales.  La stratégie nationale holistique et multisectorielle de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent repose sur la prévention, la protection, le suivi et la riposte. La lutte contre la cybercriminalité constitue ainsi l’un des défis majeurs pour notre pays », a-t-il affirmé notant que « la Tunisie n’épargnera aucun effort en vue de contribuer au renforcement de l’appel de Christchurch ». 

Rappelons que cette visioconférence a été suivie par le président français Emmanuel Macron, le roi Abdallah de Jordanie, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le Premier ministre britannique Boris Johnson, en plus de la participation d’un certain nombre de chefs d’État et de gouvernements et de dirigeants d’entreprises technologiques géantes dans le but de lancer une nouvelle initiative de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme sur Internet.

Gnetnews