J02 : La Tunisie bute sur le Mali

28-06-2019

La Tunisie a fait match nul 1 à 1 face au Mali, cet après-midi, dans le cadre de la deuxième journée de la CAN 2019. La bataille des « Aigles » a bien débuté pour ceux de Carthage. Dominateurs, les joueurs de Giresse ont failli ouvrir le score sur un coup franc obtenu par Sliti et exécuté par Khazri. Mais le tir de ce dernier s’est écrasé sur la transversale. L’attaquant de l’AS St-Etienne a, ensuite, tenté de lober Diarra d’une frappe de loin mais le portier malien a réussi à détourner la balle en corner. La dernière occasion de la première période est également venue des pieds du capitaine qui a opté pour un tir croisé au lieu de servir Badri en profondeur.

Après la pause, les Tunisiens ont continué à presser une équipe malienne qui s’est contentée de jouer le contre. A la 49ème minute, Sliti est tombé en pleine surface de réparation suite à un contact avec un défenseur adverse mais Bondo a estimé qu’il n’y avait pas de faute. Huit minutes plus tard, Khenissi était à deux doigts de donner l’avantage aux siens mais sa tête a frôlé la transversale. Le match s’est, ensuite, compliqué pour les « Aigles de Carthage » puisque sur l’une des rares attaques maliennes, Moez Hassen a commis une grosse erreur qui a permis aux camarades de Marega de prendre l’avantage. Secoués, les Tunisiens ont mis quelques minutes pour se reprendre. A la 70ème, Khazri a redonné le sourire à ses coéquipiers en égalisant sur un coup franc dévié par Marega.

Incorporé juste avant l’égalisation, Msakni aurait pu doubler la marque mais sa frappe n’était pas cadrée. Le dernier quart d’heure a été difficile pour les « Aigles de Carthage ». Fatigués, ces derniers ont difficilement terminé la rencontre et Giresse semble avoir compris cela en remplaçant Sliti par Ben Mohamed au milieu. Avec deux points au compteur, la Tunisie est dans l’obligation de battre la Mauritanie, mardi prochain, pour espérer arracher une place dans le Top 16.

Anis Ben Othman

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun