L’Arabie Saoudite abolit la flagellation

25-04-2020

AFP-L’Arabie saoudite a aboli la très critiquée peine de flagellation pour « se conformer aux normes internationales des droits humains (contre) les châtiments corporels », selon un document de la Cour suprême consulté samedi par l’AFP.

Le royaume ultraconservateur essuie de vives critiques des ONG en raison des violations des droits humains, notamment l’existence d’une peine de flagellation applicable en cas de meurtre, d’atteinte à « l’ordre public » ou même de relations extraconjugales.

« La Cour suprême a décidé en avril de supprimer la flagellation parmi les peines que peuvent décider les juges », a déclaré la plus haute instance judiciaire du royaume dans ce document, sans préciser de date exacte.

Selon elle, les magistrats devront désormais opter pour l’emprisonnement et/ou des amendes ainsi que des peines alternatives telles que les travaux d’intérêt général, pour « se conformer aux normes internationales des droits humains (qui prohibent) les châtiments corporels ».

L’annonce de la suppression de la flagellation intervient au lendemain de vives critiques d’ONG contre le royaume, après la mort en prison des suites d’un AVC du militant des droits humains Abdallah al-Hamid, qui purgeait une peine de 11 ans. L’homme était accusé d’avoir « rompu l’allégeance » au roi saoudien, « incité au désordre » et cherché à déstabiliser la sécurité de l’Etat, selon Amnesty International.

1 Auteurs du commentaire
plus récent plus ancien Le plus populaire
Matwi

Ce n’est pas vrai… ils ont abolit la flagellation dans les cas qui ne se basent pas sur un texte coranique ou prophétique. Alors la flagellation pour le zani ou le qadif sera appliqué. Cette règle concerne seulement les cas ou il y a un ijtihad concernant le nombre de coups.

Rectifiez le titre de cet article svp car cette info et tout simplement faux.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un