Le climat électoral sûr à 77 %, nonobstant quelques anomalies

10-09-2019

Le climat électoral est sûr dans une proportion de 77%, les circonscriptions électorales s’avèrent en revanche moyennement sûres (23 %), selon l’organisation I Watch, qui a révélé lundi les résultats de son observation des infractions électorales enregistrées durant la période du 26 août au 6 septembre 2019, soit une semaine avant et une semaine après le démarrage officiel de la campagne électorale.

Les observations concernent, dans un premier volet, le respect de la loi électorale, et du calendrier de la campagne, l’impartialité des établissements étatiques, l’achat de vote et les publicités politiques. 

Dans un deuxième volet, I Watch a évalué le climat général de la campagne, à travers l’interférence des discours politiques et religieux et les discours incitant à la haine.

Selon les observateurs, plusieurs candidats ont commencé leurs campagnes électorales avant terme, c’est-à-dire au cours de la semaine du 26 au 1er août 2019.

I Watch a noté des dépassements durant cette période, comme des réunions populaires, spectacles, du porte-à-porte et d’autres activités électorales réalisées dans des établissements étatiques.

La plupart de ces infractions ont été enregistrées à Tunis 1, suivi par Sousse, Zaghouan et Tataouine.

Les activités des candidats à la présidentielle, menées durant la période officielle de la campagne électorale, sont réparties d’une manière équilibrée sur les différents gouvernorats, soit 8% des activités se sont déroulées à Zaghouan, suivi par Ariana 7%, Nabeul 7%, Sfax 5%…

Au sujet de l’impartialité des établissements publics, l’ISIE a interdit 6 partis et candidats d’effectuer leurs campagnes dans les endroits publics à Sidi Bouzid, Sfax 1, Siliana, Tatouine, Tozeur, Ariana et Sousse.

Le fondateur de I Watch Achref Aouadi, a indiqué que

«Malgré le nombre des dépassements enregistrés, ils demeurent relativement minimes », a souligné le fondateur de I Watch, Achref Aouadi, évoquant néanmoins « un mauvais indicateur pour ces deuxièmes élections présidentielles post-révolution ».

« Les programmes électoraux doivent, par exemple, être déposés dans les bureaux régionaux de l’ISIE deux jours avant leur lancement, ce qui n’était pas appliqué ».

« Jusqu’au 31 août, aucun programme électoral n’a été déclaré ou déposé aux bureaux de l’ISIE, en revanche le 2 septembre tous les candidats ont démarré leurs campagnes, en changeant ou bien les dates ou bien les endroits des meetings, sans même prévenir l’ISIE. »

« 24 activités électorales non déclarées ont été enregistrées à Zaghouan, 12 à la Manouba, 7 à l’Ariana, et 11 à Sfax 1. »

Concernant les incidents graves, I Watch a enregistré 13% d’infractions liées à la publicité électorale, 19% à la collecte des données personnelles, les numéros de carte d’identité (12%) et les numéros de téléphone (19%), la violence électorale, la participation des prêcheurs (5%), les discours de haine 5%, l’utilisation du discours politique à prêche dans les mosquées (2%). 

Le rapport final d’I Watch sur les infractions durant les deux semaines du début de la campagne électorale pour les élections présidentielles sera publié ce vendredi 13 septembre 2019.

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Bassem Loukil présente la 3ème édition de la FI
National National National National Tunisie/ La révolution 9 ans après : Ben Jaâfar
National National National National Tunisie/ Révolution : Un 9ème anniversaire domin