Le déficit a atteint un niveau historiquement élevé en 2018 (BCT)

05-08-2019

Le déficit courant a atteint en 2018 un niveau historiquement élevé à 11,7 milliards de dinars, soit 11,1% du PIB, imputable à la détérioration du solde de la balance commerciale, qui s’est aggravé de près de 22% sur un an, accusant un déficit hors pair de 19 milliards de dinars, révèle le rapport annuel de la banque centrale de Tunisie (BCT), pour l’année 2018.

Nonobstant la décrue du déficit alimentaire, à la faveur de la hausse cyclique des exportations d’huile d’olive, le déséquilibre commercial est attribuable essentiellement au creusement de la balance énergétique, dont la contribution au déficit a atteint plus de 60%, sur fond de recrudescence des prix internationaux des produits énergétiques et de l’amenuisement de la production nationale de pétrole brut.

Pour toute l’année 2019, les prévisions de la BCT tablent sur un déficit courant qui devrait accuser un allègement par rapport à 2018 (-10,3% du PIB contre -11,1% en 2018). Cette situation serait soutenue par la progression des exportations de biens et services, à un rythme plus prononcé que celui des importations (+11,1% et +8,8% respectivement). En particulier, les recettes touristiques devraient continuer à afficher une performance de ses indicateurs notamment au niveau des recettes qui devraient augmenter de plus de 25%.

Par ailleurs, les recettes au titre des revenus du travail devraient suivre la même tendance pour s’accroitre à un rythme plus soutenu que celui de 2018 (+11,1%). S’agissant du financement extérieur, il devrait davantage se consolider en 2019 en relation avec l’intensification des tirages sur les capitaux d’emprunts à MLT dont le niveau prévu dépasserait 12 milliards de dinars.

Suite à ces évolutions, les avoirs nets en devises se situeraient à plus de trois mois d’importation.

D’après Rapport de la BCT

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun