Le Front populaire conteste la légalisation d’un parti du même nom et entame un sit-in ouvert à l’ISIE

23-07-2019

Le Front populaire annonce que les membres de ses listes ont entamé un sit-in ouvert dans la plupart de circonscriptions électorales, y compris au siège central de l’ISIE, en signe de contestation contre l’observation « conformité ou ressemblance du nom avec un parti légalement constitué« .

Le Front populaire déplore « une escroquerie politique du gouvernement Chahed, dans le cadre d’un deal abject avec quelques éléments de droite, dissidents du FP en vue de lui porter atteinte ».

Les sit-inneurs appellent l’ISIE à intervenir pour « empêcher l’extorsion du nom et du symbole du front populaire, et éviter ce qui est de nature à semer le flou, et à troubler les électeurs ».

« Ce qu’a fait le gouvernement Chahed et notamment le ministre des droits de l’Homme, Fadhel Mahfoudh, est un prélude à la manipulation des attributs de l’opération électorale, une atteinte à son intégrité et transparence, et une falsification de la volonté des électeurs », s’élève la coalition conduite par Hamma Hammami dans un communiqué.

Les services du ministère chargé des relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les droits de l’homme avaient annoncé hier qu’un nouveau parti politique a vu le jour, sous le nom, du parti du front populaire, présidé par Safa Dhaouadi.

Avec cette nouvelle formation politique fondée selon les dispositions du décret-loi n’o 87 de 2011, les partis politiques sont désormais au nombre de 220, selon la même source.

Gnetnews

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun