Le ministère du Tourisme suivait la situation de Thomas Cook, avant sa faillite

23-09-2019

Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a annoncé dimanche « qu’il était en train de suivre la situation financière difficile que traverse le voyagiste Thomas Cook, et œuvrait, en collaboration avec les fédérations professionnelles du tourisme et les agences de voyage, à mettre en place une stratégie en vue d’éviter les répercussions négatives sur les hôtels, et prévenir la survenue de tout problème, notamment pour ce qui est du départ des tourismes après la fin de leur séjour en Tunisie ».

Dans un communiqué rendu public dimanche, suite à une information parue dans un journal britannique largement relayée par la presse locale, selon laquelle « un hôtel à Hammamet prend en otage des touristes britanniques, le ministère a précisé que cette information est exagérée ».

Les touristes n’ont pas été pris en otage, mais les procédures de leur départ de l’hôtel ont pris du retard, à la demande de l’hôtelier. Celui-ci a procédé aux vérifications nécessaires auprès du TO traitant avec le voyagiste Thomas Cook du mode de paiement du séjour des touristes en question, ce qui fût le cas, précise-t-il en substance.

Le groupe britannique a quitté normalement l’hôtel après l’intervention du ministre du tourisme, René Trabelsi. Ce dernier a appelé à ne plus entraîner tout touriste étranger ou tunisien qui arrive via une agence de voyage, dans des procédures de réservation, c’est une question qui doit être résolue entre les parties concernées, ajoute la même source.

Le ministère promet de tâcher à ce que l’incident survenu samedi à Hammamet ne se reproduise plus, et dit être en coordination avec les hôteliers et les agences de voyage, pour que toutes les délégations touristiques étrangères quittent notre pays dans les meilleures conditions.

Gnetnews

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui