Le séquençage a prouvé la non-gravité du variant tunisien, aucune similitude avec ceux anglais, brésilien et sud-africain (Louzir)

26-02-2021

Les résultats du séquençage complet de la nouvelle souche du Coronavirus, détectée en Tunisie en fin de la semaine dernière, ont révélé qu’elle était « dénuée des variants graves, à l’origine d’une forte propagation du virus, comme c’est le cas des variants britannique, brésilien et sud-africain ».

Dans une déclaration médiatique, le directeur général de l’Institut Pasteur, et membre du comité scientifique, a indiqué que le séquençage réalisé par une équipe du laboratoire de référence à l’hôpital Charles Nicolle, sous la supervision de Dr Ilhem Bouttiba, a confirmé « une mutation au niveau du génome 501, mais sans qu’il y ait les autres mutations qui sont à l’origine d’une forte propagation du virus, et sa gravité, qualifiés de variants inquiétants ».

Les résultats du séquençage sont conformes aux résultats des études cliniques et épidémiologiques réalisées par la direction régionale de la Santé de Tunis et l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), ayant confirmé l’inexistence de toute mutation du virus, en termes de gravité ou de forte propagation, comme c’est le cas en Grande-Bretagne, au Brésil ou en Afrique du Sud, a-t-il ajouté en substance.

Les autorités sanitaires avaient annoncé samedi dernier la découverte d’un variant local du coronavirus, en Tunisie, qui a été diagnostiqué chez un jeune de 17 ans au Bardo, et un septuagénaire à la Marsa qui est décédé le jour même.

Le directeur général de la Santé et le directeur de l’Institut Pasteur avaient estimé d’emblée, que ce variant semblait sans gravité, c’est que le séquençage et les éléments cliniques viennent de confirmer.

Gnetnews