Les représentations diplomatiques de la Tunisie en Afrique et en Asie sont limitées d’où les difficultés de rapatriement (Erray)

23-04-2020

Le ministre des Affaires étrangères, Noureddine Erray, a affirmé ce jeudi 23 avril 2020 que l’opération de rapatriement des Tunisiens bloqués à l’étranger, a dépassé les moyens de l’Etat.

Intervenu ce jeudi 23 avril, lors d’une plénière de dialogue au parlement, le ministre a indiqué que cette opération était compliquée, signalant que le ministère a œuvré via ses missions diplomatiques et ambassades à faciliter les opérations d’évacuation et à trouver des solutions pour le retour de nos compatriotes au bercail notamment ceux qui se trouvent dans les régions lointaines.

Le ministre a indiqué que le réseau de représentations diplomatiques en Afrique et en Asie est limité, d’où le recours aux consuls honoraires et à la société civile, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays pour trouver des solutions.

Erray a imputé les lenteurs constatées dans la cadence de retour des Tunisiens de l’étranger, notamment à un problème logistique, lié notamment à la préparation de centres d’isolement sanitaire.

Il a par ailleurs souligné que plus de 13 mille Tunisiens ont été rapatriés, et l’opération se poursuit outre la prise en charge des funérailles des Tunisiens décédés à l’étranger, étant donné que le rapatriement des dépouilles a été suspendu.

Le président de l’ARP, Rached Ghannouchi, avait affirmé en préambule que « les Tunisiens, qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur, sont égaux en droits et en devoirs », signalant que l’Etat se doit de préserver la vie des Tunisiens, et leur dignité, et à pouvoir à leurs besoins vitaux en termes de nourriture, de médicaments…en ce contexte sanitaire difficile.

Ghannouchi s’est interrogé sur les causes du retard de l’évacuation des Tunisiens bloqués à l’étranger.

Il s’est demandé si « des fonds avaient été alloués du budget de l’Etat au profit des représentatives diplomatiques, leur permettant d’intervenir rapidement face aux situations difficiles ».

Il s’est par ailleurs interrogé sur les mesures prises au profit des étudiants qui n’ont pas de bourses, en appelant « à faciliter les transferts d’argent de la part de leurs familles, via la banque centrale, à leur consacrer des aides exceptionnelles et à évacuer ceux qui souhaitent regagner le pays ».

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme