Les réunions préparatoires du Sommet arabe débutent ce mardi à Tunis

26-03-2019

Les réunions préparatoires de la 30èmé édition du Sommet arabe débutent ce mardi 26 Mars au siège du Conseil des ministres de l’Intérieur arabe aux berges du Lac, à Tunis.

Une réunion rassemblera aujourd’hui les hauts responsables du Conseil économique et social de la Ligue arabe. Elle sera suivie par une rencontre demain mercredi des résidents permanents, et jeudi de la réunion ministérielle du CES.

La réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères se tiendra le vendredi 29 Mars. Le samedi 30 Mars sera réservé à l’accueil des dirigeants arabes. Place le dimanche 31 Mars, au Sommet proprement dit qui se tiendra au palais des congrès en présence des chefs d’Etat et de gouvernement arabes.

L’arrivée du roi Saoudien, Salman Ibn Abdelaziz est attendue au milieu de cette semaine. Le souverain saoudien effectuera une visite officielle en Tunisie à partir de jeudi, et mènera des entretiens avec le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, et le chef du gouvernement, Youssef Chahed, avant de prendre part dimanche au sommet, annonce ce mardi le site d’al-Jazeera.

Plusieurs dossiers brûlants figureraient à l’ordre du jour du sommet. Les dirigeants arabes devraient se prononcer sur la situation dans la région, notamment dans les zones du conflit, Syrie, Yémen, Libye, réitérer leur soutien à la cause palestinienne, et au droit du peuple palestinien à un Etat indépendant dans les frontières de 1967 avec pour capitale al-Quds Est. Ils devront également livrer leur position sur la décision officialisée la veille par Donald Trump, de reconnaitre la souveraineté israélienne sur le Golan occupé.

Les pays arabes rejetteront dans leur déclaration finale la démarche du président américain, et affirmeront leur soutien à la Syrie, sur le plateau du Golan, occupé en 1967, et annexé en 1981 par l’entité sioniste, au mépris de la légalité internationale et de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les présidents et monarques arabes plaideront pour l’activation des mécanismes de l’action arabe commune, la coordination et la concertation interarabes sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun et la réforme des institutions de l’organisation panarabe. Ils s’efforceront de taire leurs divisions et dissensions, de concilier des positions inconciliables et des intérêts antinomiques, et d’afficher une unité, ne serait-ce que de façade, ce sera le signe de la réussite du sommet de Tunis.

La Rédaction

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun