L’Iran nie avoir tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz

11-07-2019

AFP – Les Gardiens de la révolution iraniens ont nié jeudi avoir tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz, selon un communiqué publié par leur agence de presse Sepah News.

« Il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, au cours des dernières 24 heures », ont écrit les Gardiens, en réaction à la prétention du gouvernement britannique selon lequel trois navires iraniens « ont tenté d’empêcher le passage d’un navire de commerce » britannique dans le Golfe.

Cet incident intervient après que le président iranien Hassan Rohani a mis en garde mercredi le Royaume-Uni, parlant de « conséquences » après l’arraisonnement par Londres d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar la semaine dernière.

Le Grace 1 avait été arraisonné au large du territoire britannique, à l’extrême sud de l’Espagne, à la suite d’une opération que l’Iran qualifie d’acte de « piraterie » en haute mer.

« Je le rappelle aux Britanniques : c’est vous qui êtes à l’initiative de l’insécurité et vous en mesurerez les conséquences plus tard », a déclaré mercredi M. Rohani lors d’un conseil des ministres.

La tension autour du détroit d’Ormuz, par lequel transite près d’un tiers du pétrole brut mondial acheminé par voie maritime, a culminé au cours des dernières semaines avec une spirale d’événements, dont des attaques d’origine inconnue contre des pétroliers et la destruction par l’Iran d’un drone américain ayant violé son espace aérien.

Un porte-parole du gouvernement à Londres a indiqué que des navires iraniens ont tenté mercredi soir « d’empêcher le passage » d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz.

« Contrairement au droit international, trois navires iraniens ont tenté d’empêcher le passage d’un navire de commerce, le British Heritage, dans le détroit d’Ormuz », a déclaré jeudi ce porte-parole dans un communiqué, expliquant que la Royal Navy a dû intervenir en déployant une frégate pour venir en aide à ce pétrolier propriété de BP Shipping, filiale de transport pétrolier du géant BP.

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun