L’UGTT met en garde le gouvernement contre le report des négociations salariales dans la FP

19-07-2019

L’UGTT dénonce « la poursuite de la hausse des prix notamment des carburants, des médicaments et de nombreux produits vitaux, ainsi que l’augmentation des charges fiscales et sociales au détriment de la population ».

Dans un long communiqué paru à l’issue de la réunion de sa commission administrative, hier jeudi 18 juillet, la centrale syndicale, pointe « le non-sérieux du gouvernement en matière de lutte contre la corruption et la contrebande, l’évasion fiscale, et l’économie informelle ». Elle reproche au gouvernement « de continuer à faillir à son rôle de recouvrer ses dettes auprès des personnes et des entreprises, ce qui a accentué le déficit du budget, le déséquilibre de la balance commerciale, et la dépréciation du dinar ».

Tout en saluant la reprise des négociations sociales dans la fonction publique, et celles liées aux médecins, universitaires et ingénieux, l’organisation syndicale met en garde contre « toute tentative de gagner du temps, dans l’espoir d’utiliser la prochaine échéance électorale comme un élément de pression contre l’UGTT ».

L’organisation refuse « le report des négociations à une période ultérieure, et exige qu’elles soient tranchées dans les délais ».

Elle appelle, de surcroît, l’UTICA à parachever les négociations réglementaires dans le secteur privé, et à signer les annexes inhérentes aux secteurs de la garde, la propreté, les cafés, les restaurants l’enseignement privé, et le transport des hydrocarbures par route.

Ce faisant, la centrale syndicale considère « toute tentative de poursuite des négociations avec l’Union européenne sur l’ALECA, sans l’évaluation des accords antérieurs (…), comme étant une manière de renoncer à la souveraineté nationale, et de se rapprocher des cercles étranges pour garantir l’accession au pouvoir, loin de la volonté et des attentes du peuple ».

Elle réclame le report de ces négociations à la période post-élections.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun