Mohamed Ennaceur s’engage à être le président de tous les Tunisiens

26-07-2019

Le président de la république par intérim, Mohamed Ennaceur, a annoncé hier soir, avoir pris ses nouvelles fonctions en tant que nouveau président du pays, après l’annonce de la disparition du défunt président, Béji Caïd Essebsi, conformément aux articles 84 et 85 de la constitution tunisienne, et après sa prestation de serment.

Mohamed Ennaceur (85 ans), président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) depuis 2014, s’est engagé dans son adresse au peuple « à respecter les dispositions de la constitution, à œuvrer à préserver l’indépendance de la Tunisie, et l’inviolabilité de son territoire ».

Le chef d’Etat par intérim a déclaré qu’il sera « le président de tous sans exception, ni discrimination, et qu’il œuvrera à instaurer la paix civile, à appuyer le dialogue entre les différentes parties, et à préserver les acquis réalisés par la Tunisie ».

Ennaceur a appelé les Tunisiens « à resserrer les rangs, les a incités au don de soi et à faire prévaloir les valeurs de travail et de l’espoir, c’est une valeur qui créé la confiance et les miracles », a-t-il dit.

Le président intérimaire « a appelé partis, organisations nationales et associations à avoir confiance dans les institutions de l’Etat et à les appuyer, afin que la Tunisie soit un pays libre, indépendant et inviolable ».

« Les institutions de l’Etat travaillent avec régularité, efficience et promptitude », a-t-il rassuré, appelant les Tunisiens « à préserver la sécurité et les acquis de la Tunisie ». « L’Etat continue, la marche de la Tunisie se poursuit, même si le président feu Béji Caïd Essebsi, l’a quitté ».

Mohamed Ennaceur qui sera en fonction à Carthage, jusqu’à l’élection d’un nouveau président, lors d’une présidentielle anticipée, a rendu hommage au défunt président, qui est décédé hier, jeudi 25 Juillet 2019, à l’âge de 93ans, présentant ses condoléances à sa famille et au peuple tunisien. « Caïd Essebsi restera un exemple pour les générations présentes et futures ».

Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) avait auparavant prêté serment, lors de la réunion du bureau de l’Assemblée, pour succéder au défunt président, après la vacance définitive de la fonction présidentielle, comme le stipule la constitution, notamment ses articles 84 et 85.

Selon l’article 84 de la loi fondamentale, « en cas de vacance excédant les soixante jours ou en cas de présentation par le Président de la République de sa démission écrite au Président de la Cour constitutionnelle ou en cas de décès ou d’incapacité permanente ou pour toute autre cause de vacance définitive, la Cour constitutionnelle se réunit immédiatement et constate la vacance définitive. Elle adresse une déclaration à ce sujet au Président de l’Assemblée des représentants du peuple qui est immédiatement investi des fonctions de la présidence de l’État, provisoirement, pour une période allant de quarante-cinq jours au moins à quatre-vingt-dix jours au plus. »

L’article 85 prévoit, lui, qu’en cas de vacance définitive, le Président de la République par intérim prête le serment constitutionnel devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), et en cas de besoin, devant le Bureau de l’Assemblée ou devant la Cour constitutionnelle en cas de dissolution de l’Assemblée.

La Rédaction

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun