Nasrallah dément avoir prédit qu’il y aurait une guerre israélienne contre le Liban en été

23-04-2019

Le président du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a démenti en bloc les propos qui lui ont été imputés par un journal koweitien, selon lesquels il aurait prédit une guerre israélienne l’été prochain. « Ce qui a été publié est totalement erroné, et son timing est mauvais, a-t-il lancé hier soir, lundi 22 avril », dans un discours retransmis par la Chaîne el-Manar, à l’occasion de la journée des scouts de l’imam Mehdi.

Il a exclu avoir déclaré dans l’une de ses réunions, qu’en été, il y aura une guerre israélienne contre le Liban. « Je n’ai à aucun moment dit, que je n’allais pas être parmi vous, et je n’ai jamais dit que les dirigeants de la première et de la deuxième ligne allaient être tués, tout ce qui a été publié est surréaliste et dénué de vérité », a-t-il affirmé, en réaction à l’article paru hier dans le journal koweitien, al-Raï.

Il a ajouté que la résistance était en train de travailler et de tenir compte des pires hypothèses, indépendamment de toute analyse politique, : « On ne préfigure de rien, mais selon mon opinion personnelle, j’aurais tendance à exclure une guerre israélienne, étant donné que le front intérieur israélien n’est pas prêt, et tout ce que disent les sionistes sur leur capacité aérienne, est inexact ». « Révolue l’époque de la suprématie aérienne israélienne, Israël est obligé pour trancher toute guerre de recourir à une opération terrestre, et ses forces terrestres n’y sont pas prêtes », a-t-il considéré.

Nasrallah s’en est pris à la tyrannie américaine, suite à l’annonce de Donald Trump qui a décidé hier de mettre fin aux dérogations qui permettaient à huit pays d’acheter du pétrole iranien, de « porter à zéro les exportations » de brut iranien et de « priver le régime de sa principale source de revenus ».

La Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce devront cesser, à partir du 02 Mai, tout achat, sous peine de sanctions américaines, comme les avait prévenus Mike Pompeo.

Le chef de département d’Etat américain a ajouté avoir reçu des promesses fermes de l’Arabie Saoudite et des Emirats, qu’ils allaient couvrir le manque sur le marché afin que les cours du pétrole ne soient pas impactés.

« La position de l’Arabie Saoudite et des Emirats sur les prix du pétrole, n’est-elle pas honteuse », s’est interrogé Nasrallah. « Le Saoudien et l’Emirati importent peu à l’Américain, ce qui l’intéresse, ce sont ses intérêts », a-t-il dit. Le chef du Hezbollah a appelé à faire la lumière sur la réalité de la politique de ces deux pays, face au monde arabo-musulman. « La réalité de leur position au Soudan, en Libye, au Yémen, en Algérie et au Bahreïn. Que font l’Arabie Saoudite, les Emirats dans le monde arabo-musulman et notre région », s’est-il interrogé.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun