Partis et organisations réclament un arrêt immédiat des négociations autour de l’ALECA

04-05-2019

Les délégations tunisienne et européenne ont achevé hier, vendredi 03 Mai, le 4ème round des négociations autour de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) qui s’est étalé sur quatre jours, depuis le 29 avril dernier.

Des partis politiques, des organisations nationales, des associations de la société civile réclament « l’arrêt immédiat des négociations relatives à l’ALECA entre la Tunisie et l’Union européenne. »

Il appellent dans un communiqué à « une évaluation sérieuse et transparente de toutes les conventions antérieures avec l’Union européenne, notamment l’accord d’association de 1995 »

L’UGTT, l’UTAP, la LTDH…el-Watad, el-Joumhouri, le parti des travailleurs… exhortent les pouvoirs publics « à s’engager à ne pas négocier les conventions à caractère stratégique, en l’absence d’un mandat parlementaire fixant les missions et les prérogatives de la délégation des négociateurs ».

Ces ONG et partis pointent le danger de l’ALECA, et « ses éventuelles répercussions sur l’économie nationale, notamment les secteurs vulnérables comme l’agriculture, les services, les matières premières et l’énergie », invoquant leur « attachement à la souveraineté nationale ».

Elles dénoncent le « black-out » autour de la teneur de ces négociations, et le fait qu’elles se déroulent sans « évaluation sérieuse » de l’accord d’association de 1995.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun