Présidentielle : Le vote d’el-choura n’a pas été majoritaire en faveur d’un candidat d’Ennahdha, décision mardi

05-08-2019

Le président de Majless al-Choura d’Ennahdha, Abdelkarim Harouni, a déclaré que le vote intervenu au sein du conseil consultatif, pour choisir un candidat à la présidentielle anticipée, de l’intérieur ou en dehors du mouvement, n’a pas permis de dégager une majorité en faveur de tel choix, ou tel autre, et donc de prendre une décision définitive là-dessus.

Il a ajouté que les travaux de Majless al-Choura, dans sa trentième session extraordinaire, allaient demeurer ouverts jusqu’à mardi prochain, la décision finale sera prise à cette date.

Lors d’un point de presse au siège du mouvement, Harouni a indiqué dimanche que 45 membres du conseil de la Choura ont voté pour que le mouvement présente un candidat parmi les siens, contre 44 membres qui se sont prononcés pour le soutien d’un candidat en dehors du mouvement, alors que d’autres membres se sont abstenus.

Quelque 100 membres (sur 150) ont participé à cette session, a-t-il dit.

Parmi les noms évoqués comme candidats du mouvement à l’élection présidentielle anticipée, figurent Abdelfattah Mourou, Samir Dilou, Ali Laâridh et Abdellatif Mekki, ce sont des « dirigeants nahdhaouis respectables », qui ont des « aptitudes », a-t-il indiqué en substance.

Il a affirmé que la priorité, selon les statuts de base du mouvement, reste pour le président du mouvement, en tant que candidat du parti pour mener la course présidentielle.

Rached Ghannouchi s’est présenté aux législatives, en tant que tête de liste de Tunis I.

Le président de Majless al-choura a souligné en préambule que le débat était « franc, profond et marqué par des divergences entre ceux qui appellent à la désignation d’un candidat de l’intérieur du mouvement, et d’autres qui proposent que le mouvement appuie une personnalité consensuelle ou qui remplit un certain nombre de conditions, l’habilitant à être au niveau de la fonction présidentielle et de préserver l’unité du peuple, l’unité de l’Etat, la loyauté à la révolution, l’engagement en faveur de la démocratie, de la constitution, de la souveraineté et des intérêts suprêmes du pays ».

Il a ajouté que son mouvement allait continuer les tractations d’ici mardi, et prendre « une décision appropriée à même de faire prévaloir l’intérêt du pays, sur les intérêts partisans étriqués ».

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun