Rentrée scolaire : L’élève coûterait entre 300 et 500 dt

29-08-2019

C’est la fin de l’été et de la séance unique… Place maintenant au début d’une nouvelle année. La rentrée scolaire est aujourd’hui la préoccupation numéro un des familles avec enfants… Cartables, trousses, stylos, livres, sac à goûter… il est temps de renouveler la panoplie du parfait petit écolier. Et cela a un coût qui pèse lourd dans le portefeuille des Tunisiens. Quels sont les prix et les tendances ? Combien coûte la rentrée scolaire. Reportage dans une librairie de La Marsa.

La rentrée scolaire est bel est bien là. Pour preuve, les cartables qui ornent les façades des magasins spécialisés. Les grandes surfaces, elles, dédient des rayons entiers avec des centaines de choix… un choix qui peut parfois s’avérer être difficile, tellement l’exigence des enfants est devenue grande.

GnetNews s’est rendu dans une petite librairie du centre de La Marsa… Les cartables, sont mis en avant. Avec troley, sans troley, triple ou double poche, c’est la première chose que les parents achètent. Sur place, nous avons rencontré une maman…plus tôt dans la matinée, elle a envoyé sa fille, scolarisée en 5ème année primaire, choisir au préalable le cartable de son choix. Sa maman est donc revenue afin de l’acheter. « J’ai laissé ma fille choisir le cartable qu’elle veut pour pas qu’elle ne se retrouve en décalage avec ses camarades », nous confie-t-elle. A chaque rentrée elle dépense environ 500dt en fourniture scolaire (cartable, cahiers, livres, stylos, etc.). Un budget important, mais qu’elle peut se permettre n’ayant qu’un seul enfant.

La propriétaire de la librairie est catégorique, « les prix ont augmenté d’au moins 30% par rapport à l’année précédente ». Un chiffre confirmé par « l’Organisation tunisienne pour informer le consommateur ».
Chez cette commerçante, le prix des cartables va de 50dt, pour les articles de moyenne gamme et peut atteindre facilement les 200dt, pour la qualité supérieure. En grande surface, certains cartables de marque peuvent aller jusqu’à 300dt.

En ce qui concerne les livres, le principal problème à chaque rentrée c’est l’approvisionnement. En effet, d’après la libraire « le centre national pédagogique accuse toujours des retards dans la livraison des livres ». Aujourd’hui par exemple, elle ne peut subvenir à toutes les demandes en livreS scolaires des 1ère année et 2ème années primaire ainsi que pour ceux qui passent cette année leur baccalauréat.
Le livre scolaire est vendu environ 6dt500.

Il serait peut-être temps de réfléchir à un autre système pour les livres comme c’est par exemple le cas en France, où ils sont directement fournis et surtout prêtés gratuitement par le ministère de l’éducation, puis rendus en fin d’année par les élèves. Cela permettrait d’une part de faire baisser le coût de la rentrée pour les parents et d’autre part d’éviter de retrouver ces livres, déchirés dans les poubelles en fin d’année scolaire.

Nous avons rencontré une autre mère de famille, venue se renseigner, elle aussi sur le prix des cartables. Elle avoue avoir acheté tout ce qui est fourniture stylos et cahiers en grande surface. Cette maman a fait le choix d’acheter tout de la même marque. Une marque internationale qui a implanté une usine de fabrication dans la région de Bizerte, il y a quelques années. Même si ces stylos sont « made in Tunisia », la marque, elle, reste étrangère et se vend donc à prix fort. « Sans les cahiers, juste en stylos, feutres, crayons et gomme, j’en ai eu pour 290dt », affirme cette même maman.

La cherté de la vie est aujourd’hui devenu le principal problème des tunisiens. Après le ramadan, les vacances d’été et la fête de l’Aïd, la rentrée scolaire vient encore fragiliser leur portefeuille. A quelques jours de la présidentielle, la question du pouvoir d’achat devra être au cœur des débats et des programmes.

Reportage de Emna Bhira et Wissal Ayadi

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui