Santé publique : Cafouillage et suspension de la grève suite à un accord (Vidéo)

15-08-2019

Une grève nationale des cadres de la santé publique a été annoncée mercredi soir vers 23h, dans un communiqué publié par le syndicat général des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique. Cette grève intervient suite au non aboutissement de séance de réconciliation tenue hier entre le syndicat et le gouvernement.

Gnetnews s’est rendu très tôt ce matin dans les deux hôpitaux de l’Ariana (Mahmoud El Materi et Abderrahmane Mami) afin de se rendre compte de la situation. A notre grande surprise, aucun mouvement de grève n’a pu être signalé dans les deux établissements. D’après des employés, la grève n’a pas été suivie. Les patients ont pu accéder aux consultations normalement. Il y a donc eu un cafouillage dans la décision de faire grève.

Dans le communiqué il était question d’un rassemblement devant les sièges régionaux de l’UGTT de tout le pays. A Tunis, seule une dizaine de cadres de santé ont répondu à l’appel du syndicat. Ils réclament notamment une revalorisation de leur salaire et de meilleures conditions de travail.

GnetNews a rencontré sur place Dr Mounir Landolsi, médecin principal de la santé publique. « Ces négociations durent depuis plus de cinq ans… Nous ne pouvons plus continuer à travailler dans ces conditions. Mais personne ne nous écoute. Les conditions de travail dans les hôpitaux se dégradent de plus en plus, ce qui pousse les nouveaux médecins à partir à l’étranger », déplore-t-il.

Après l’annonce de la grève hier soir, Mohamed Hedi Souissi, Secrétaire général du syndicat national des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique a été contacté par la ministre de la Santé, Sonia Ben Cheikh, afin de poursuivre les négociations ce matin au siège du gouvernement, et éviter de grandes perturbations dans les hôpitaux.

A cette séance, ont été présents la ministre de la Santé, le ministre des Finances, le Secrétaire général du gouvernement et le Secrétaire général de l’UGTT, Nourddine Tabboubi.

Ce n’est que vers 11h ce matin que les résultats de cette négociation ont été présentés par Mr Souissi, et la grève, d’emblée peu suvie, a été suspendue dans la foulée.

Ainsi, les différentes parties sont tombés d’accord sur les points suivants :

– L’alignement des salaires des pharmaciens et dentistes sur celui des médecins généralistes

– La majoration à 50% des gardes à partir de janvier 2020, avec une possibilité de renégociation en 2021.

– L’adoption des organigrammes de la direction régionale de la santé publique et des médecins inspecteurs.

Autre point qui fera l’objet d’une autre séance de négociation, une prime accordée aux cadres de santé publique exerçant dans les régions dites « prioritaires ».

« Au départ, le gouvernement n’était pas favorable à cette requête. Mais finalement ils ont accepté, et nous avons fixé la date du 30 septembre afin de fixer les termes de cette prime », nous explique Mohamed Hedi Souissi. Il a par ailleurs ajouté que ces dispositions apparaîtront dans la JORT avant les prochaines élections.

Le secrétaire général du syndicat des médecins de la SP se dit « satisfait de ces négociations ». Il dit toutefois « rester vigilant » et que si ces dispositions s’avèrent être de fausses promesses, une autre grève sera alors observée.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun