Sommet arabe : Position forte sur le Golan et rejet de l’ingérence de la Turquie et de l’Iran

29-03-2019

Les ministres des Affaires étrangères arabes tiendront ce vendredi 29 Mars, leur réunion préparatoire de la 30ème édition du Sommet arabe, prévu dimanche 31 Mars à Tunis.

Les chefs de la diplomatie arabe finaliseront l’ordre du jour, et les recommandations et décisions qui seront soumises le surlendemain aux dirigeants arabes.

Dans une déclaration au journal al-Sharq al-awsat, le Secrétaire Général de la Ligue arabe aux affaires politiques, l’ambassadeur Khaled al-Habbas a indiqué que les ministres des Affaires étrangères allaient adopter ce vendredi les résolutions qui seront soumises aux chefs d’Etat arabes, à l’instar des crises de la région, soit la cause palestinienne, les crises en Syrie, au Liban et au Yémen, la sécurité nationale arabe, etc.

La cause palestinienne sera, selon ses dires, prioritaire et fera l’objet d’une position arabe constante et forte. Idem pour la question du Golan et la dernière décision américaine, où Donald Trump a reconnu la souveraineté israélienne sur ce territoire syrien. Il y aura une position forte qui confirme l’importance des résolutions internationales là-dessus, qui reconnaissent l’arabité du Golan occupé en 1967, et annexé en 1981 par Israël, a-t-il souligné.

L’autre sujet a trait au refus total des ingérences dans les affaires intérieures arabes de la part de la Turquie et de l’Iran, "ce sera des messages importants envoyés aux pays qui tentent de déstabiliser les pays arabes", a-t-il dit.

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaïs Jhinaoui, s’est entretenu, hier jeudi 28 Mars, avec le Secrétaire Général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gueith, où il a été question des points à l’ordre du jour du sommet arabe, et du projet de déclaration finale de la réunion des ministres des Affaires étrangères arabes de ce vendredi, qui sera soumis aux dirigeants, lors de leur rencontre au sommet, demain dimanche 31 Mars.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun