Tunisie/ Echange d’accusations entre Taïeb Rached et Béchir Akremi : Attayar réclame une enquête

23-11-2020

Le Courant démocrate appelle le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), le parquet et l’inspection générale, relevant du ministère de la Justice, à ouvrir une enquête sérieuse dans les rapports présentés par le premier président de la Cour de Cassation (Nldr : Taïeb Rached), « où il accuse l’ancien procureur de la république du tribunal de première instance de Tunis (Béchir Akremi), de dissimuler des crimes terroristes, et de cacher des données et preuves importantes dans les dossiers des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, ce qui a contribué à faire obstruction à la justice, et à ne pas révéler la vérité autour de l’assassinat des deux martyrs ».

Dans un communiqué rendu public dimanche, Attayar appelle « à ouvrir une enquête sur les fuites émanant de l’ancien procureur de la république, où il accuse le premier président de la Cour de Cassation d’avoir reçu des pots-de-vin dans de nombreuses affaires, invoquant l’amplification de ses biens, en un laps de temps court, sans que leur source ne soit justifiée et légitime ».

Le courant démocrate considère que « la faiblesse, les tiraillements politiques, la corruption, l’intervention des lobbies dans la justice, et les grèves continues, sans que les droits des justiciables ne soient respectés, menacent la paix civile et l’ordre public dans le pays ».

Le parti « fait assumer aux pouvoirs exécutif et judiciaire, leur responsabilité de ce qu’il en est advenu de la justice, en termes de chaos et de propagation de la corruption au niveau des différentes instances judiciaires ».

Il appelle « à ouvrir un dialogue sérieux et profond entre les différentes composantes de la famille judiciaire, pour débattre des moyens à même de garantir les droits des justiciables en toute indépendance et impartialité ».

Le parti appelle « à une réforme sérieuse et décisive du dispositif de la justice, loin des solutions populaires et conjoncturelles », considérant que « la réforme globale de la situation socioéconomique ne pourra se faire qu’à travers la réforme du dispositif de la justice ».

Le Courant démocrate appelle les magistrats honorables à lancer une campagne « mains propres », en considérant cela comme un devoir national.

Gnetnews

Lire aussi

National National National National Tunisie : Faouzi Mehdi dévoile les phases de la c