Tunisie : Le MAE condamne les déclarations de Moncef Marzouki, « appelant à l’ingérence étrangère »

11-10-2021

Le ministère des Affaires étrangères condamne « les déclarations et agissements répréhensibles émanant de certaines et personnalités politiques tunisiennes, appelant des parties étrangères à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Tunisie, et à inciter contre le pays en vue de bloquer le processus rectificatif de l’expérience démocratique, d’en attenter à la réputation, et de perturber ses relations et ses amitiés étrangères ».

Tout en affirmant son « engagement en faveur de la protection des droits et libertés, notamment la liberté d’expression », « la Tunisie s’étonne de ce type de déclarations faites par des personnalités ayant assumé par le passé de hautes fonctions au sein de l’Etat » (Ndlr : en allusion à l’ex-président de la république, Moncef Marzouki). « Alors qu’elles auraient dû se tenir aux côtés de l’intérêt national, et le faire transcender sur les intérêts personnels étriqués, en vue de défendre l’unité du pays et la liberté de ses choix intérieurs », ajoute le département du Nord Hilton dans un communiqué rendu public dimanche.

« La Tunisie qui demeure attachée à sa souveraineté et l’indépendance de sa décision nationale, est déterminée à préserver ses relations avec tous ses partenaires internationaux, selon le principe d’égal à égal, et le respect mutuel, et n’accepte jamais toute ingérence dans ses affaires intérieures, de quelque forme que ce soit », souligne la même source.

L’ancien président de la république avait appelé la France « à ne pas appuyer le coup d’Etat en Tunisie ».

Gnetnews