Tunisie : Le malade ne transmet plus le virus dix jours après sa contraction, le 2ème test RT-PCR est inutile (Louzir)

07-10-2020

Le président de l’Institut Pasteur de Tunis, Hechmi Louzir, a déclaré ce mercredi 7 octobre que « les tests RT-PCR se limiteront désormais aux personnes qui ont des symptômes ou celles qui leur sont proches, les autres seront, elles, placées en confinement ».

Lors d’une conférence de presse conjointe du ministère de la Santé, Louzir a indiqué que « désormais si un cas était détecté dans une classe, on ne va pas faire des tests à toute la classe, mais à seuls les proches contacts ».

Il a ajouté que « des tests rapides qui détectent l’antigène du virus seront effectués dans les hots spots (foyers de contamination), les urgences et chez le personnel de santé, ces tests sont plus faciles à mener, même si leur sensibilité n’est pas à 100 %, comme c’est le cas pour les analyses RT-PCR ».

Le DG de l’IPT a, par ailleurs, indiqué que « le test RT-PCR de contrôle, réalisé dix jours après la contraction du virus, est sans intérêt ».

Selon ses dires, « les données scientifiques ont montré que le malade sans symptômes, ne peut plus transmettre le virus, dix jours après l’avoir contracté, même si son second test PCR est positif ». « Le virus après dix jours ne peut pas être cultivé et ne se transmet plus », a-t-il expliqué, signalant que « le médecin peut délivrer une attestation de guérison à la personne en question, qui pourra reprendre normalement son travail, tout en s’en tenant aux mesures de prévention. »

Ces nouvelles dispositions s’inscrivent dans le cadre de la révision des protocoles de suivi et de surveillance, s’agissant notamment des analyses RT-PCR désormais effectuées dans les 19 laboratoires publics et 33 laboratoires privés.

Gnetnews