Tunisie : Points saillants du discours de Habib Jemli devant l’Assemblée

10-01-2020

Le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, a pressé ce vendredi 10 janvier, les blocs parlementaires à voter la confiance à son gouvernement, le présentant comme étant « un gouvernement de compétences, ouvert sur les partis, les organisations nationales, la société civile, et qui se tient à la même distance de tous les partis ». « Ses membres sont enthousiastes pour assumer la responsabilité et le devoir national ».

Habib Jemli qui a consacré une bonne partie de son discours fleuve pour parler de lui-même, de ses origines modestes, et de son parcours professionnel dans le public et le privé, a affirmé que « le processus de formation du gouvernement a vu les négociations les plus difficiles, face à l’éparpillement du paysage politique ».

Voici les points saillants de son allocution dans l’hémicycle, en présence de son équipe gouvernementale proposée au complet :

*Les Tunisiens sont las des tiraillements, et des querelles politiques au sein du paysage politique, et entre les hautes fonctions de l’Etat,

*La Tunisie devant un virage important et une responsabilité historique,

*Appel à une prise de conscience pour voter la confiance au gouvernement,

*Le gouvernement du devoir et de la réalisation au service de la Tunisie,

*Tout action menée par le gouvernement sera suivie de réalisation, d’évaluation, de contrôle, de reddition de comptes, une règle qui s’appliquera aux candidats aux hautes fonctions de l’Etat et aux institutions nationales,

*Institution d’une gouvernance politique responsable

*Chaque membre du gouvernement va préparer un programme et des objectifs.

*Le gouvernement proposé est totalement conscient de la grandeur des défis, et de la responsabilité et est prêt à faire face aux difficultés et à rompre avec les règlements ponctuels des problèmes.

*La Tunisie vit une situation économique, financière, et sociale difficile, les régions et les jeunes sont frappés d’abattement et de désespoir,

*Accélérer les réformes économiques et sociales, et mettre un cadre protégeant les couches moyennes et démunies,

*Solidifier l’économie et corriger les déséquilibres financiers,

Mesures à court terme et à moyen terme
*Rétablir la confiance des Tunisiens dans l’Etat et l’avenir

*Restaurer la confiance des investisseurs et des acteurs sociaux

*Rétablir la Confiance de l’employé dans son employeur

*La relance de la croissance requiert de rompre avec les traitements ponctuels, et d’instaurer un nouveau mode de développement, à travers notamment la promotion de l’initiative privée,

*Rétablir la valeur travail, écourter les délais des procédures pour l’investissement et promouvoir la digitalisation,

*Instituer un mécanisme exceptionnel pendant cette législature permettant au chef du gouvernement, de voter des décrets par ordonnance, de manière à écourter les délais,

*Investissement dans les régions intérieures, en consacrant principe de discrimination positive, et promouvoir les PME,

*Rationaliser les importations, et prendre des mesures pour réduire le déficit et encourager les produits tunisiens et en améliorer les exportations,

*Réforme du dispositif fiscal, de l’administration, faire face à l’évasion fiscale et diminuer la pression fiscale,

*Traiter la situation des entreprises publiques au cas par cas

*L’Endettement menace les équilibres financiers de l’Etat

*Création d’une agence nationale de gestion de la dette publique pour maîtriser l’endettement, mobiliser des ressources financières, suivre les marchés internationaux en vue d’avoir le meilleur taux d’endettement,

*Lutte contre la corruption, en faire une culture générale et en inculquer les principes aux enfants dès leur bas âge,

*Forte volonté du gouvernement de réaliser des avancées en la matière,

*Des mesures urgentes, telles que le doublement des ressources humaines et des moyens logistiques du pôle financier,

*Auditer les marchés publics sur lesquels pèsent des soupçons de corruption,

*Instaurer une Tunisie sociale régie par les valeurs de solidarité et de cohésion, selon une vision stratégique intégrée, pour lutter contre l’indigence et la pauvreté,

*Création d’un fond national de lutte contre la pauvreté, doté de 200 millions de dinars en tant que contribution de l’Etat, et ouvert sur les entreprises publiques et privées, les organisations nationales pour sortir les couches sociales de la pauvreté,

*L’élargissement de la sphère des pauvres menace la stabilité économique, sociale et sécuritaire de notre pays,

*Des mesures spécifiques seront décrétées pour les martyrs de la patrie,

*Lutter contre le terrorisme et le crime et renforcer l’image de la Tunisie, en tant que pays sûr,

*Mise en place d’une stratégie urgente pour affronter les problèmes dans les environs des écoles et lycées,

*Un programme pour instaurer un dispositif de santé efficient et développé à moyen et long terme, à travers une couverture sanitaire pour tous les citoyens,

*Réhabiliter la santé publique et introduire une complémentaire entre le secteur public et privé,

*Préserver le pouvoir d’achat, maîtriser l’ascension des prix, et lutter contre la spéculation,

*Placer la commission de maitrise des prix sous la présidence du chef du gouvernement,

*Création d’une brigade spéciale au sein du ministère de l’Intérieur, pour lutter contre la spéculation et la contrebande,

*Améliorer l’approvisionnement en produits de première nécessité, et la production agricole,

*L’agriculture au cœur de nos préoccupations, un secteur qui est doté d’une grande marge de croissance, de production et de création de postes d’emploi,

*Améliorer les services publics, et répondre aux besoins des citoyens et entreprises,

*Stratégie nationale pour renforcer le paiement électronique,

*Parier sur les jeunes en facilitant leur insertion dans le marché de l’emploi à travers la relance investissent, la création des richesses et des emplois,

*Consolider la présence des femmes dans la vie publique et active, au nom du principe de l’égalité des chances entre les deux sexes,

*Politique étrangère : consolider l’ancrage de la Tunisie dans l’espace maghrébin, arabe, africain et méditerranée, et en renforcer les relations avec le partenaires européens, promouvoir une diplomatie économique efficiente, en concertation avec la présidence de la république, et ouvrir de nouveaux horizons pour nos exportations,

*Œuvrer pour une coopération équilibrée et constructive avec le partenaire européen, pour renforcer les échanges commerciaux, et préserver la souveraineté du pays,

*Libye : une source d’inquiétude et une menace de la stabilité de la région. La Tunisie contribuera aux efforts pour aider les Libyens à dépasser leur crise actuelle, loin de toute ingérence étrangère, en vue d’un règlement inter-libyen de la crise sous l’égide des Nations-Unies,

*Clôturer l’étape constitutive, et parachever l’installation des instances constitutionnelles, notamment la Cour constitutionnelle, l’instance de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, et l’instance du développement durable et des droits des futures générations, etc.

*Parachever le système de décentralisation,

*Instituer des cercles de réflexion pour une stratégie Tunisie 2050 dont les résultats seront soumis à la discussion et au vote du parlement.

Gnetnews

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui