Une vente aux enchères, en soutien aux familles des disparues de Sabbela

22-05-2019

L’espace Mooja Store (Mutuelle Ville), a accueilli l’évènement de l’association Be Tounsi, organisé le mercredi 15 mai dernier. C’est une soirée de vente de créations artistiques et de collecte de fonds, dont les recettes iront au profit des familles endeuillées, suite au décès des 12 ouvrières agricoles le 28 avril, durant l’accident du Douar Blahdia, à Sabbela (Sidi Bouzid).

Plusieurs créateurs tunisiens sensibles à cette cause ont mis en vente pendant trois jours leurs créations aux enchères.

L’association Be Tounsi, créée en 2016, a pour objectif d’inciter les citoyens à consommer du made in Tunisia. Présidée par Faten Abdelkefi, cette association œuvre pour la sauvegarde du patrimoine « matériel et immatériel tunisien », notamment, la promotion de l’artisanat et le Hand made.

Les produits cosmétiques made in Tunisia remplissaient les rayons de l’entrée. On y trouve la marque des soins naturels unisexes, « Harem des sens », de Nabila Bourtrif, inspirée des rites orientaux. Il s’en ajoute les produits de bien-être de « jardin amazigh », à base de produits tunisiens biologiques et 100% naturels (miel, huile d’olive, plantes…). La gamme Rawka a été présente à cette soirée de charité, par ses produits de beauté tunisiens, contenant jusqu’à 95% d’ingrédients naturels et biomarins.

Plusieurs créateurs ont assisté à cet évènement caritatif, dont la créatrice de mode Hanen El Euch. Elle était au rendez-vous, grâce à sa marque Gypset Vibes, distinguée par les tissus phares de sa première collection, inspirés de l’écharpe emblématique du moyen orient « El Keffieh », portée surtout en Palestine.

La marque « Anissa Aida », a déposé cette fois-ci, ses créations au profit de la bonne cause, sachant que ses tenues sont destinées à l’exportation aux USA essentiellement, et qu’elles ont retenu également l’attention des magazines les plus influents, comme Forbes, Voici, et Vogue…

La marque tunisienne ATAM, a aussi exposé ses accessoires en bois sculpté. On y trouve sa collection de sacs à main, appelés « Clutch », à base de chêne massif. ATAM a exposé également ses bracelets confectionnés par des tissus, mélangés à de l’argent, qui ont fait la renommée de la marque depuis deux ans.

 

AZALI (éternel), la marque de bijoux sfaxienne, a participé aussi à cette action de solidarité. D’ailleurs l’originalité de ses créations de sacs à main, pochettes et bijoux, résident dans les formes géométriques utilisées dans ses designs à base de plexiglas.

Les accessoires écologiques de SOZO, et les peintures de l’artiste Selma Anger, ont été aussi présents.

Emna Bhira

 

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun