Des médecins tunisiens font le point sur la prise en charge en gériatrie des malades du Coronavirus

21-03-2020

« Les personnes âgées qui ont plus de 60 ans, sont au cœur de cette pandémie Covid-19, car elles présentent dans la plupart des cas « une poly-pathologie », ce qui amplifie les facteurs de gravité d’infection chez cette population en particulier ».

C’est ce qu’a expliqué Dr. Afef Hammemi, gériatre, directrice générale d’Alpha Center d’accueil des malades d’Alzheimer, et présidente du syndicat national des directeurs des centres d’Alzheimer, maisons de retraite, et centres de convalescence, lors d’une vidéo-conférence  sur « un point d’info COVID-19« , organisée ce mercredi 18 mars, par le syndicat tunisien des médecins de libre pratique (STML).

« La poly-pathologie » est un facteur de risque d’infection chez les personnes âgées

« La poly-pathologie chez les personnes âgées est une source d’une grande complexité », a ajouté Dr. Hammami.

En reprenant les explications de Dr. Ted Ross, le directeur général de l’OMS, elle a souligné « que cette tranche d’âge vit une diminution de la réserve fonctionnelle d’organes, et risque une décompensation organique et fonctionnelle en série ».

Dr Hammami a précisé « qu’il est vrai que tout le monde est exposé à d’autres facteurs non spécifiques, mais leur gravité est augmentée chez les personnes âgées (fracture du col du fémur, infections respiratoires, épisodes dépressifs majeurs…). « Le nombre des intervenants est ainsi plus important dans leur cas, avec un risque de fragmentation des soins et la nécessité d’assurer la continuité des soins et leur coordination ».

« La situation des personnes poly-pathologiques retentit inéluctablement et systématiquement sur les dimensions sociale, psychologique et économique de la vie du malade, et induit un risque de perte d’autonomie et dépendance », ajoute-t-elle.

Les résultats du rapport du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies sur le Coronavirus Covid-19

Il s’agit de la plus grande étude effectuée par le centre, sur 72 000 personnes infectées par le Covid-19, qui a été présentée par Dr.Hammami. « Cette étude est rendue publique le 24 février 2020 sur JAMA, une revue médicale mensuelle en libre accès publiée par l’American Medical Association couvrant tous les aspects des sciences biomédicales ».

« Selon cette étude, les personnes âgées de 60 à 80 ans témoignent du taux de mortalité le plus important. Ce risque de  mortalité est compris entre 15% et 17%, sachant que l’échantillon étudié, compte 3% de malades de 80 ans, une majorité de 80% d’infectés âgés de (30 à 79 ans). Quelques 8% qui ont entre (20 et 29 ans),  1% âgés entre (10 et 19 ans) et 1% moins de (10 ans) ».

« La maladie s’est avérée modérée, dans 81% des cas. Elle est sévère chez 14 % des malades,  et critique chez 5% des cas ».

« Quant aux taux de contagiosité du Coronavirus, il a été placé entre la grippe et l’Ebola selon cette étude chinoise. La probabilité de contagion est de 1.4% à 2.5%. L’étude a démontré aussi que « le coronavirus serait moins contagieux que la rougeole (12 à 18%), la variole (5 à 7%), le Polio, l’Oreillons, le VIH/Sida, et le SRAS.

En revanche, « le taux de mortalité varie selon les pathologies déjà existantes chez le malade. Les malades d’hypertension artérielle HTA ont 5% plus de risque d’être contaminés, les diabétiques 7.7%, les atteints de maladies cardio-vasculaires 10.5% et les maladies respiratoires augmenteraient le risque de contamination de 6.3%, et le Cancer de 5.6%. »

Procédure et traitement durant la prise en charge des infectés par le Coronavirus Covid-19

Selon l’étude réalisée par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, « les malades légers (80% des cas) n’ont pas besoin d’hospitalisation, ils doivent rester chez eux, et porter un masque chirurgical en présence d’autres personnes », a fait savoir Dr.Hammami.

D’autre part, elle a précisé que « l’hospitalisation ne concerne que les formes sévères et critiques, comme la « dyspnée » qui est une fréquence respiratoire supérieure à 30 par minute. Ou encore une saturation en oxygène inspiré inférieure à 300, une infiltration pulmonaire supérieure à 50% en 24h et 48 heures ».

La gériatre a souligné que « les traitements en cas de contraction du Coronavirus, sont essentiellement des soins de soutien : ventilation non invasive, ventilation mécanique ou oxygénation par membrane extra corporelle ».

« La transcription des antiviraux est très variable selon les équipes. Aucun n’a reçu de corticoïde a démontré l’étude. Il n’y a pas de médicament efficace connu à ce jour, malgré plus de 200 essais cliniques enregistrés rien qu’en Chine », a précisé Dr. Hammami.

« Les agents putatifs comprennent des antiviraux comme « le griffithsine », un inhibiteur de la protéine de pointe, des analogues nucléotidiques  comme le « remdésivir et la ribavirine », des inhibiteurs de protéase comme la combinaison lopinavir/ritonavir, des agents immuno-modulateurs, et autres agents ciblés sur l’hôte tels que l’interféron, la chloroquine et les immunoglobulines ».

La présidente du syndicat national des directeurs des centres d’Alzheimer, maisons de retraite, et centre de convalescence, a tenu à rassurer « que 80% des patients guérissent du Covid-19, selon les sources scientifiques médicales chinoises ».

Dans son allocution sur la présentation du STML qui a organisé cette vidéo-conférence, Dr. Maha Moalla Hachicha a rappelé que « le syndicat tunisien des médecins de libre pratique est membre de la cellule de crise depuis sa création. Il est aussi en coordination au niveau national et régional avec tous les représentants et les cadres syndicaux. Le STML réalise également un suivi pluri-quotidien pour suivre la situation dans le pays. »

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un