Plan d’annexion de la Cisjordanie : Un débat à Tunis autour de la position arabo-palestinienne

30-06-2020

L’ex-ministre des Affaires étrangère palestinien, et membre du comité central du mouvement du Fatah, Nasser Al-Kidwa, a évoqué des options de l’autorité palestinienne et du président Mahmoud Abbas, pour faire face au plan d’annexion israélien, que le gouvernement d’union Netanyahu/Gantz mettra en vigueur dans les prochains jours.

« Le plan d’annexion provient de la vision de Trump au Moyen-Orient basée sur le déni des droits du peuple palestinien et le parti-pris total de la droite religieuse sioniste, considérant toute la Palestine comme territoire israélien. On est en train de vivre un contexte dangereux. On témoigne du premier pas vers l’application du « Deal du siècle », proposé par les Etats Unis… ».

Les déclarations d’Al-Kidwa sont intervenues lors d’une conférence sur « Le rejet du projet israelien d’annexion et l’attachement à la légalité internationale », organisée ce mardi par l’organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO).

« Israël considère que la présence d’une population de 1 600 000 personnes, dans le territoire palestinien comme une faute à rattraper dans le projet israélien. L’élimination de cette population n’est d’ailleurs qu’une stratégie impérialiste qui ne sert que les intérêts de l’occident et des Etats Unis. Pour les pays arabes, malheureusement, ils ne pensent qu’a la sécurité de leur système politique, et non pas à la sécurité de leurs peuples… », a-t-il ajouté.

 L’ambassadeur de Jordanie, Zohair al Damour, a rappelé que le plan d’annexion de territoires palestiniens occupés, est une violation flagrante du droit international et des résolutions onusiennes.  

« Aucun Etat n’est au dessus des lois internationales. C’est une stratégie suicidaire que l’occupant israélien est en train de mener, mettant ainsi en péril le droit de toute l’Humanité », déplore-t-il.

Quant à la position tunisienne envers le projet d’annexion, le diplomate et représentant du ministère des affaires étrangères, Moez Ben Mime, a  fait observer que cette réunion se tient quelques jours avant la date annoncée par le gouvernement israélien pour entamer son projet d’annexion de plusieurs pans des territoires palestiniens occupés (1er juillet), en violation flagrante du droit international.

« Cela va saper les efforts visant à relancer le processus de paix qui constitue une urgence pressante aux plans régional et international », relate-t-il.

 Ben Mime a réaffirmé la position constante et de principe de la Tunisie et son soutien au peuple palestinien frère dans sa lutte pour le rétablissement de ses droits légitimes et pour la création d’un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 avec Al-Qods comme capitale.

Il a appelé, également, la communauté internationale à assumer ses responsabilités et à empêcher la mise en œuvre du plan d’annexion pour éviter les tensions dans la région, soulignant la nécessité d’envoyer un message fort et clair à la partie israélienne exprimant le refus de la communauté internationale à ce plan qui menace la stabilité et la sécurité de la région.

Emna Bhira