En visite à Tunis, Christiane Taubira se prononce pour l’égalité dans l’héritage

11-03-2019

L’institut français de Tunis, a organisé aujourd’hui le lundi 11 mars 2019, une conférence de presse, dédiée à la rencontre de Christiane Taubira, présente en Tunisie dans le cadre du forum de la francophonie.

La militante de la gauche française a appelé à « repenser la francophonie avec toutes les audaces qu’on peut s’autoriser, pour se débarrasser de la série de charges et de pesanteurs » à son sujet.

Elle a estimé extrêmement urgent de repenser les relations multilatérales de partage, et de compréhension des principes, valeurs et idéaux.

Selon l’ancienne ministre de la justice, la francophonie représente une des aires les plus structurées en ce moment. « Ma deuxième raison d’être là aujourd’hui, c’est la rencontre avec des personnes extraordinaires en Tunisie, qui nourrissent mon optimisme sur ce pays, notamment sur la place qu’occupe la femme dans la société, par leur intelligence, dynamisme et énergie », affirme-t-elle.

Taubira, a tenu à s’exprimer sur le moment difficile par lequel passe la Tunisie, au sujet du décès des onze nourrissons au centre de néonatologie de l’hôpital la Rabta.

Elle a fait état d’inquiétude concernant la possibilité de rencontrer des drames nouveaux. « D’ailleurs, cette situation dramatique conduit à se demander, sur les services publics en général, et des services liés à la santé en particulier. Il faut s’interroger sur soi-même, pour faire en sorte que ce drame ne se répète pas ».

Elle a expliqué qu’il s’agit d’une question de femme, concernant ce drame, et donc d’humanité, qu’on devrait interroger : « à quel degré de maturité mentale, éthique et sociale nous sommes parvenus, et comment avec ce degré de maturité nous allons arriver à nous accommoder avec les inégalités irrationnelles et inexplicables ».

Taubira a aussi exprimé sans réticence, son soutien pour l’égalité dans l’héritage, et a qualifié d’indiscutable l’égalité entre les hommes et les femmes : « le principe est un préalable » selon ses dires.

« Les arguments pour plaider pour l’égalité doivent être plausibles, je ne vois pas d’arguments qui maintiennent cette inégalité dans la transmission de l’héritage, entre les filles et les garçons, juste parce que les filles sont des filles. », a-t-elle ajouté.

Au sujet des partis de gauche tunisiens, Taubira a souligné qu’elle partage avec eux, le même idéal, qui croit à la liberté, l’égalité, la fraternité et à la possibilité de rendre le monde plus amical.

« Vu l’actuel état du monde, et la concentration de richesses sans précédent, vu le gouffre des inégalités, et la propagation de l’injustice, le monde a besoin des idéaux de gauche, qui visent à renouveler l’ambition de l’égalité pour le monde, entre hommes et femmes, et dans les rapports entre les sociétés…Il est vrai que la mondialisation est à la fois une fournaise qui génère des violences, insupportables, difficilement maitrisables qui provoquent des régressions majeures, et des opportunités extraordinaires, ce qui me laisse croire encore à la justice sociale », a conclu l’ancien garde des sceaux, ministre de la justice.

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun