Fruits secs : Des prix rédhibitoires, mais une demande frénétique (Vidéo)

28-05-2019

C’est bientôt la fin du mois saint. Une dizaine de jours, nous séparent de Aid Al Fitr. En ce moment, les ménagères s’activent pour s’approvisionner en fruits secs, pates d’amande, semoule, sésame et poudre de pois chiche, pour préparer les pâtisseries tunisiennes traditionnelles : « Baklawa », « Ghraiba », « Makroudh », « Kaak »...

GnetNews s’est rendu en ce mardi 28 Mai dans une boutique de fruits secs et de pâtisseries dans la zone d’El Menzeh, pour vivre de près l’ambiance des préparatifs de l’Aid.

L’ambiance est grouillante, chaque cliente prend son temps, pour comparer les prix et surveiller les dépenses…En effet, l’affluence était importante dès l’ouverture des boutiques, mais pour cette année, les femmes se sont dirigées plus vers les pâtisseries toutes prêtes.

« Pour ce mois de ramadan, c’est les spécialités turques qui sont les plus demandées, comme la « Baklava », et la « kounefa » d’origine syrienne très appréciée également », nous a confié la vendeuse.

« En ce qui concerne les pâtisseries tunisiennes, le « Bachkoutou », la « Ghraiba », et « Kaak Warka », demeurent les produits les plus demandés. D’autres clients choisissent de varier leurs choix, et privilégient les pâtisseries « light », contenant moins de sucre », a révélé un autre vendeur.

« Faute de temps, surtout avec le rythme de la vie des femmes actives, elles n’arrivent plus à préparer la « ghraiba » par exemple, dont la préparation demande beaucoup de patience », a-t-il ajouté.

« Parmi les produits les plus sollicités, les amandes sont les plus achetées ; elles se vendent à 45 dinars le kilo ».
« Pour cette année 2019, tout est disponible, et avec une bonne qualité : aucun fruit sec n’est en rupture », nous a confirmé le gérant.

« Le plus cher, demeure le pignon qui se vend aujourd’hui à 140 dinars le kilogramme. Les pistaches sont à 74 dinars, le noix américain est à 55 dinars, et le « Cheli » à 60 dinars. Quant aux noisettes blanches, elles se vendent à 45 dinars le kilo ».

Le prix de la poudre d’amande pour Kaak El warka, s’élève à 45 dinars également, le kilo de sésame pour la « samsa », est à 13dt500.

« Pour cet Aïd, je n’ai préparé que du « makroudh » à la maison. J’ai suivi une recette que j’ai héritée de ma mère. Pour le reste, j’ai tout acheté de la boutique. Le cout des fruits secs est de plus en plus cher, la plupart des gens achètent moins qu’auparavant, à chacun sa bourse », nous a révélé une cliente.

Reportage réalisé par Emna Bhira et Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun