La BCT fait état d’une appréciation du dinar vis-à-vis du dollar et de l’euro

03-06-2019

Au terme des quatre premiers mois de 2019, le déficit commercial s’est élevé à 6,3 milliards de dinars, contre 5,1 milliards un an auparavant. Ce creusement du déficit commercial résulte d’une hausse marquante de la facture des importations, qui a dépassé 22 milliards de dinars, et une évolution moins importante des recettes d’exportation qui ont atteint 15,8 milliards de dinars, indique la BCT dans une note sur les évolutions économiques et monétaires, dont une copie est parvenue ce lundi 03 Juin à Gnet.

Les exportations de biens ont totalisé, à fin avril 2019, 15.776 MDT, en hausse de 16,5% par rapport aux réalisations de la même période de l’année 2018. Cette progression traduit, essentiellement, l’augmentation des prix à l’export de 19,7%, largement expliquée par la dépréciation du taux de change du dinar vis-à-vis des principales devises (13,5% face à l’euro et 20% face au dollar américain), durant ladite période.

S’agissant des importations, leur facture s’est élevée, au terme des quatre premiers mois de 2019, à 22.113 MDT, en hausse de 18,7% sur un an (cf. graph.30). Le renchérissement des prix à l’import a fortement pesé sur la valeur des importations. Ces derniers ont affiché une hausse de 21,1% après 19,4% durant la même période de 2018.

La BCT fait état d’un apaisement de l’inflation, en avril 2019, pour s’établir à 6,9% à la faveur de la décélération des prix des produits alimentaires frais, notamment. L’inflation sous-jacente « hors produits alimentaires frais et administrés » s’est maintenue à son niveau du mois précédent, soit 7,6% en glissement annuel.

En perspective, l’inflation devrait s’atténuer graduellement, tout en demeurant à des niveaux élevés. Les récentes prévisions tablent sur un taux d’inflation moyen de 7% en 2019 et 6,7% en 2020, après 7,3% en 2018.

Malgré le maintien des pressions sur les réserves de change, le dinar s’est apprécié vis-à-vis aussi bien de l’Euro que du dollar sur la période récente. La banque centrale fait état d’une légère hausse des besoins de liquidité des banques, en avril 2019, de 102 MDT par rapport à mars dernier. En outre, le TMM dudit mois ressort à 7,86%, après 7,90% un mois auparavant.

En avril 2019, le besoin moyen des banques en liquidité a avoisiné 16,5 milliards de dinars, soit 2,8 milliards de dinars de plus qu’une année auparavant. D’un mois à l’autre, le besoin en liquidité bancaire n’a que peu augmenté (102 MDT en moyenne après 124 MDT en mars dernier). Cette évolution porte la marque, notamment, de l’effet restrictif exercé par le Trésor (recettes fiscales du mois de mars 2019 essentiellement).

Le financement du besoin de liquidité a été assuré, à hauteur de 12,5 milliards, en moyenne, à travers les interventions de la BCT sur le marché monétaire (opérations principales de refinancement, swaps de change et achats fermes). Le reliquat a été comblé via les facilités permanentes de prêt à 24H (4.028 MDT en moyenne, en avril 2019, contre 2.072 MDT un an auparavant).

Le volume des interventions de la BCT sur le marché monétaire, a poursuivi sa décélération graduelle, observée depuis le début de l’année en cours, en s’établissant à 12.457 MDT, en avril 2019 après 12.555 MDT un mois auparavant. Cette tendance a été favorisée par la réduction des opérations de swap de change, qui sont revenues de 1.754 MDT en mars 2019 à 1.533 MDT le mois suivant. Les achats fermes se sont établis, en avril 2019, à 1.981 MDT contre 1.858 MDT en mars dernier et 1.212 MDT un an auparavant.

D’après une note de la BCT

1 Auteurs du commentaire
plus récent plus ancien Le plus populaire
Anonyme

Le temps que vous vous en rendiez compte, le dinar est reparti à la baisse. Apparemment pour un bon moment. Le temps que les vrais Patriotes, ceux qui n’avaient pas crié « dégage » avec le ramassis de traitres, reprennent le pouvoir.

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun