La création de comptes en devises reste tributaire de la loi d’amnistie

17-05-2019

Le Gouverneur de la banque centrale de Tunisie (BCT), Marouane Abassi, a imputé les difficultés de la conjoncture au fait que les réformes n’ont pas été réalisées.

Dans une déclaration aux médias relayée par Mosaïque, il a indiqué ce vendredi 17 Mai que « la Tunisie n’avait pas fait de grandes réformes depuis 1995, avec la fin du programme d’ajustement structure »l. Il a appelé « au retour au travail, à la production et à l’exportation pour faire sortir le pays de l’ornière », signalant que « la Tunisie n’est pas un pays de phosphate ou de pétrole ».

« Si on ne travaille pas on ne peut pas drainer les devises et faire en sorte que le Dinar retrouve sa forme », a-t-il dit.

Au sujet des comptes en devises, il a souligné que l’on ne pouvait en parler avec la loi actuelle. Cette question reste tributaire du vote de la loi d’amnistie, « si ce texte passe, on pourra avoir un compte en dinar, comme un compte en devise », a souligné Abassi.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun