Échangeur de l’aéroport de Tunis-Carthage : Achèvement des travaux à la fin de l’année

19-05-2020

Après six semaines d’arrêt suite à l’épidémie du Covid-19, les chantiers d’infrastructure de la capitale reprennent. Ce mardi 19 mai, le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Moncef Sliti, s’est rendu sur le chantier situé devant l’aéroport Tunis-Carthage pour faire le point sur l’avancée des travaux. Ce projet d’infrastructure figure parmi les plus gros dossiers du Ministère. Commencés en 2016, les travaux semblent s’éterniser, mais le bout du tunnel est proche.

C’est avec une grande impatience que de nombreux usagers de la route attendent la fin des travaux aux alentours de l’aéroport Tunis-Carthage. Le projet consiste en la réalisation d’une liaison en 2X2 voies sur 3km entre la GP10 (Route X) et la Soukra en passant par l’aéroport. « Cela nous permettra de désengorger la GP8 qui vient de Bizerte », indique Moncef Sliti.

En tout, 4 tunnels et 2 viaducs sont en cours de construction. « Le viaduc qui se situe devant l’aéroport desservira Tunis et la GP9 qui mène vers la Marsa », assure le ministre. Ainsi une route directe permettra de se rendre à l’aéroport. Le ministre a également expliqué que l’aménagement des alentours sera l’occasion de mettre en valeur cet aéroport d’envergure internationale, « ce qui est une chose importante pour l’image de la Tunisie », a-t-il dit.

Avec un coût de 750 millions de dinars, l’avancement de ce méga-projet d’infrastructure est d’environ 80%. Prévue à l’origine pour cet été, la fin des travaux a finalement été repoussée à la fin de l’année courante, du fait de l’épidémie de Coronavirus. 

Le ministre a également précisé que ce chantier était 100% tunisien, nommant en premier lieu le Bureau d’Etude Tunisien qui est une entreprise publique.

Avec la crise sanitaire, tous les projets d’infrastructure ont du s’arrêter portant un coup dur au secteur du BTP. En ce qui concerne les paiements, Sliti a affirmé que son département était en train d’honorer les fournisseurs des sommes qui leur sont dues, du moins en ce qui concerne le ministère de l’Equipement.

« Nous avons stoppé environ 400 projets d’une enveloppe de 6300 millions de dinars. Aujourd’hui ils ont à peu près tous repris », indique Moncef Sliti.

Retrouvez dans la vidéo ci-dessus, les images du chantier et les précisions de Moncef Sliti.

Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme