La perception des soldes par les Tunisiens passée au crible par l’INC

23-01-2019

Une enquête sur « le consommateur tunisien et la saison des soldes » réalisée par l’Institut national de consommation, a révélé que 8 % seulement des familles consacrent un budget pour la saison des soldes, contre 78 % qui ne le font pas et 14 %, le font parfois.

*Ce sondage réalisé au mois de janvier sur un échantillon de 3000 consommateurs, de 20 ans et plus issus des différents gouvernorats, a révélé que 25 % seulement des personnes interrogées, scrutent les offres commerciales avant le début de la saison des rabais, contre 39 % de temps à autre, et 36 % jamais.

Les femmes, les personnes âgées et les habitants du Grand-Tunis sont ceux qui font leur achat au début et au milieu de la période des soldes, souligne cette enquête dont les résultats sont publiés sur le site de l’INC.

Les achats pendant cette période sont financés dans une proportion de 66 % par le salaire mensuel, contre 20 % qui optent pour l’épargne et 11 % pour l’achat à tempérament.

Sur la perception des soldes par les consommateurs, 40 % les considèrent comme une occasion pour les commerçants de se débarrasser des vieilles marchandises, 27 % trouvent que c’est une opportunité d’acheter des produits de qualité à bas prix, 14 % saisissent cette période pour organiser leurs achats, et 11 % disent profiter des soldes pour acheter des articles qu’ils utilisent postérieurement.

Concernant les taux pratiqués par les commerçants pendant les derniers soldes, tels que le constatent les personnes interrogées, 50 % demeure le taux le plus répandu, 20 % est le taux minimum et 70 %, le taux maximum.

Au sujet de l’évaluation de l’expérience des consommateurs, lors de la dernière saison des soldes, il ressort que 34 % de l’échantillon ont procédé aux achats pendant la dernière période des soldes, qui sont en majorité des femmes, des habitants des régions côtières et des jeunes. Leurs achats se sont concentrés essentiellement sur les vêtements (82 %), les chaussures (43 %), et parfums et cosmétiques (9 %).

Les raisons de ne pas procéder à des achats pendant les soldes était pour manque de moyens (44 %), faute de temps (13 %), et la non-programmation du shopping (13 %).

Une proportion de 10 % a fait des achats sur Internet, en majorité des garçons des régions côtières et des personnes âgées.

Au sujet de la période des soldes, 48 % la considèrent comme étant acceptable, contre 43 % comme étant courte, et 4 % longue.

L’INC recommande sur la base de ces chiffres, d’œuvrer à faire connaître les dates des soldes, pour garantir l’adhésion du plus grand nombre de consommateurs. Le fait d’officialiser ces dates dans les législations en vigueur, permettra de les introduire dans les habitudes de consommation. L’Institut appelle également à mieux faire connaître les efforts du contrôle économique, en matière de protection des consommateurs notamment pendant les soldes.

Il propose d’inciter les commerçants à organiser des manifestations artistiques et culturelles, parallèlement aux saisons des rabais, pour encourager les consommateurs à faire des achats, à l’instar de ce qui se fait à l’étranger, et de mieux faire connaitre les droits des consommateurs pendant les soldes saisonniers.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun