La stabilité du dinar est conjoncturelle et s’explique par trois principales causes (Saidane)

14-05-2019

L’économiste Ezzeddine Saidane a imputé le regain de stabilité de la monnaie tunisienne devant les principales devises étrangères à trois principales raisons, signalant que cette stabilité sera suivie d’un nouveau recul du dinar à la prochaine période.

« Si le dinar a retrouvé sa forme, ce n’est pas grâce à la stabilité de la situation économique ou à la détente des finances publiques », a-t-il déclaré ce mardi dans un entretien avec Jawhara, évoquant des causes conjoncturelles qui sont derrière la reprise de la monnaie nationale. Il a cité « l’encaissement par la Tunisie des recettes de cession de la banque Ezzitouna, l’obtention par une banque tunisienne d’un crédit colossal d’une institution financière étrangère, outre les avances versées au titre des réservations touristiques de la saison estivale ».

Il a ajouté que l’Etat a transféré directement ces fonds à trois sociétés, en l’occurrence, l’office des céréales, la STEG, et la STIR, en vue de pourvoir à leurs besoins. Une partie de ces avoirs en devise ont été vendues à certaines banques tunisiennes à un tarif réduit, comme tentative de l’Etat de prouver que le dinar retrouve sa forme, a-t-il souligné.

L’expert a mis en garde contre ces mesures qui vont se répercuter négativement sur l’économie nationale, qui « en paiera cher le prix, » d’autant qu’elles coïncident avec les transferts effectués par certaines sociétés étrangères implantées en Tunisie pendant cette période, succédant à l’adoption de leurs rapports financiers, et qui tireront profit de l’amélioration provisoire du dinar.

Il a ajouté que le dinar allait connaitre une dépréciation au cours des toutes prochaines semaines, étant donné que les causes qui le poussent à l’effondrement existent encore, outre la poursuite de la détérioration des indicateurs économiques.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun