La Tunisie et la France œuvrent pour la Méditerranée du futur

16-07-2019

C’est au musée national du Bardo, lieu symbolique, que le Président de la Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur, Renaud Muselier, a organisé mardi une conférence de presse.

Sa visite vise à renforcer les relations entre le gouvernorat de Tunis et la région PACA.

La visite a commencé par un dépôt de gerbe au pied du mémorial des victimes de l’attentat du Bardo. Pour Renaud Muselier, « la Tunisie et la France sont plus que jamais liés, d’une part par une histoire commune mais plus récemment par les attentats commis par Daesh dans les deux pays ». S’en est suivi, une visite du musée national du Bardo.

Le président de la Région Sud était accompagné par une délégation régionale composée de représentants du monde portuaire, de la culture, de l’enseignement supérieur et de la protection de l’environnement. « Il s’agit de problématiques qui existent dans nos deux régions. Donc nous pouvons travailler dessus ensemble afin de trouver des solution », affirme-t-il.

Ce déplacement vise à obtenir des résultats concrets dans la stratégie « Méditerranée du Futur » lancée en 2017. Pour l’instant, la région Sud a noué des relations de travail avec les gouvernorats de Tunis et de Kasserine. De nombreux dispositifs, dans différents domaines, ont été mis en place. Comme par exemple la restauration de la fameuse « Mosaïque des Iles » pour un coût de 12.000 euros.

 

Enseignement Supérieur
Autre sujet abordé celui de l’enseignement supérieur. Membre de la délégation française, Yvon Berland, Président de l’Université Aix-Marseille a été l’un des premiers à s’opposer à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers. Ainsi, dans le cadre de ce dispositif de coopération ceux-ci n’ont pas été augmentés pour les étudiants tunisiens. Par ailleurs, l’Université Franco-Tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM) ouvre ses portes à la rentrée 2019 pour offrir à des étudiants de l’Afrique Sub-saharienne autant qu’à des étudiants tunisiens, français ou méditerranéens un panel de formations d’excellence co-construites par de très grandes universités publiques françaises et tunisiennes. Elle sera implantée à Bir el Bey dans le gouvernorat de Ben Arous et sera gratuite pour les étudiants tunisiens.

Transport maritime
La question des transports est également au cœur de cette coopération méditerranéenne. Il s’agit de travailler sur l’électrification des navires sur les ports de Tunis et Marseille. « Nous voulons que l’air soit plus respirable à Marseille comme à Tunis au niveau des ports. Nous voulons aussi que les trafics de marchandises et le transport des biens et des personnes se fasse en toute tranquillité et respectueuse de l’environnement. Nous avons donc prévu de mettre en relation les directions des ports de Marseille et de la Goulette pour avancer sur ce dossier », ajoute Renaud Muselier.

Lutte contre les incendies
La stratégie « Méditerranée du Futur » donne une place importante aux questions agricoles, avec notamment la mise en place d’une stratégie commune de lutte contre les incendies. Renaud Muselier et son équipe ont été à cet égard reçus par le Ministre de l’Agriculture, Samir Taïeb. « Nous nous sommes entendus sur un partenariat sur les drones, sur la lutte contre le charançon rouge, la gestion de l’eau et les ports de pêche », a annoncé le président de la Région Sud.

Concrétiser des projets et procéder à l’échange d’expérience afin d’améliorer les défis communs aux deux rives. Voilà l’objectif de ce que l’on pourrait appeler de la « diplomatie territoriale ». Le prochain forum de la Méditerranée du Futur aura lieu en novembre prochain à Marseille. Cette année il s’agira de faire un bilan des actions concrètes menés dans la région.

Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun