Le MI dément toute campagne de descente dans les cafés et les restaurants ouverts le jour pendant le Ramadan

23-05-2019

Le ministère de l’Intérieur exclut l’existence "de campagnes de descente dans les cafés et les restaurants ouverts au public pendant la journée au cours du Ramadan, et les restrictions contre ceux qui les fréquentent, comme cela a été relayé au cours de la dernière période, en allusion à des pratiques attentatoires aux libertés individuelles et à la liberté de croyance et de conscience".

Dans un communiqué paru hier dans la nuit, le même département s’attarde sur "ce qui s’est passé à Kairouan, où un café de la ville vieille ville a suscité pendant la dernière période complaintes et agacement des habitants de la cité avoisinante, du fait des comportements de ceux qui le fréquentent, attentatoires à la quiétude et à l’ordre public".

Les voisins ont alerté la police, qui s’est déplacée le samedi 18 Mai après coordination avec le parquet audit café, pour s’enquérir de la situation. Deux personnes ont été arrêtées, dont l’une a un casier judiciaire, faisant l’objet de deux avis de recherche, avec en sa possession 200 cachets stupéfiants, qu’elle avait l’intention de commercialiser, fait-il savoir.

Les unités sécuritaires se sont rendues une seconde fois audit café, face à la poursuite des plaintes et du trouble, pour avertir son propriétaire, mais celui-ci a contré les agents, et les a agressés verbalement ; il a été arrêté pour atteinte aux bonnes mœurs, sur ordre du parquet, ajoute la même source.

Aucune mesure n’a été prise contre ceux qui se rendent à ce café qui poursuit ses activités, dit le ministère, précisant qu’il "travaille dans le cadre de la loi et le respect des droits de l’homme, sans toucher aux libertés individuelles garanties par la constitution, notamment la liberté de croyance et de conscience".

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun