Le protocole sanitaire de la Tunisie sera un argument de taille pour la reprise du Tourisme

29-04-2020

Le ministre du Tourisme, Mohamed Ali Toumi, a annoncé qu’un conseil ministériel restreint portant sur les mesures de soutien au secteur touristique, impacté par les séquelles de la pandémie Covid-19, se tiendra ce jeudi 30 avril 2020.

Intervenu lors d’un Webinar sur le « Tourisme post Covid-19 » organisé hier par la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, Toumi a souligné qu’un draft sur le protocole sanitaire du tourisme tunisien a été envoyé aux professionnels depuis lundi 27 avril,  afin qu’ils apportent leurs remarques et leurs contributions, avant de se réunir jeudi pour valider ensemble ce protocole qui sera une base de travail, avec le volet sécuritaire. L’objectif étant de séduire de nouveau les marchés émetteurs de l’Europe notamment l’Allemagne, tributaires de la levée des restrictions et l’ouverture de l’espace aérien.

A ce sujet, Feriel Gadhoumi coordinatrice au sein du ministère du tourisme, a indiqué que le protocole sanitaire que la Tunisie adoptera, sera un argument commercial de taille et un moyen de communication percutant, pour convaincre les touristes locaux et internationaux d’affluer une fois le confinement sera levée, et les cieux seront ouverts.

« Si la situation est contrôlée en Libye et en Algérie, la reprise est envisageable. Il y a aussi certains marchés en Europe qui ont une prédisposition pour ouvrir les cieux. Sinon la reprise effective est prévue pour 2021 », précise-t-elle.

Gadhoumi a révélé aussi qu’une deuxième batterie de mesure plus adaptées au contexte actuel et plus appropriée aux spécificités du secteur sera soumise pour validation dans le cadre de ce CMR. « Elle vient compléter la première batterie dédiée au soutien du secteur ».

« Parmi ces mesures, il est prévu de mettre en place une ligne de crédit spécifique de tourisme, avec un taux d’intérêt bonifié, et un taux de remboursement confortable permettant aux professionnels de couvrir les frais de gestion et d’exploitation de leurs entreprises durant une année, à compter du mois de mars ».

« Il faut aussi penser à sauver les entreprises touristiques, et la main d’œuvre sachant que le tourisme sera parmi les derniers secteurs à se dé-confiner », relate-t-elle.

Le manque à gagner en termes de recettes touristiques estimé par l’Office National du Tourisme (ONT) à 30 voire 50 milliards de dollars,  va s’accentuer en fonction de l’évolution de la pandémie dans le monde durant les mois à venir, a affirmé la coordinatrice au ministère du tourisme.

« La Tunisie a bien démarré l’année, en affichant une hausse des recettes respectivement de 28% et 30%. Malheureusement cette tendance positive qui est supposée se consolider pour 2020 était interrompue par le coronavirus », déplore-t-elle.

Malgré cela, nous sommes en train de préparer la reprise, a-t-elle rassuré en rappelant que la particularité du Covid-19 se résume dans le niveau d’incertitude élevée, et le manque de visibilité.

« Ceci ne permet pas de se prononcer avec précision sur la date exacte de la reprise ».

Par ailleurs, durant ce webinar, l’ambassadeur de l’Allemagne en Tunisie Andreas Heinicke, a confirmé que le ministre allemand de la coopération, Muller, a révélé il y a quelques jours dans une interview, qu’il souhaitait que les touristes allemands puissent retourner en Afrique du Nord cet été.

Heinicke a indiqué également que le ministre des affaires étrangères allemand soutient cette proposition. Selon son opinion, il serait probable qu’il y aura une affluence importante des touristes allemands en nord Afrique, cette année.

En effet, l’Allemagne a lancé deux programmes pour le soutien du tourisme en Tunisie. Le premier concerne un financement provenant de l’Union européenne. Le deuxième projet est lancé par l’agence allemande de coopération (GIZ) pour collaborer avec les agences de voyage tunisiennes. Une initiative lancée par Muller, le ministre de coopération allemand.

Emna Bhira