Les aiguilleurs du ciel de l’aéroport Tunis Carthage en grève les 29 et 30 Mars

26-03-2019

Les agents et cadres de la navigation aérienne (aiguilleurs du ciel) à l’aéroport Tunis-Carthage, observeront une grève de deux jours les 29 et 30 Mars, ce qui provoquera une interruption de l’activité de l’aviation civile, voire une paralysie du trafic aérien.

Cette grève qui coïncide avec l’arrivée des délégations participant à la 30ème édition du Sommet arabe qu’abritera la Tunisie le 31 Mars, intervient en protestation contre « l’obstination de l’administration à rejeter les revendications légitimes de la profession ».

Dans un préavis de grève lancé le 19 Mars dernier, le syndicat des techniciens de la navigation aérienne, pointe « la non-application des conventions antérieures », réclamant « une intervention rapide pour améliorer le climat social », sous peine de ce débrayage de deux jours.

Dans une déclaration à la TAP, la Secrétaire Générale du Syndicat, Kawther Sahraoui, a dit « regretter le recours à cette grève qui donnera lieu à une paralysie totale du trafic aérien dans l’ensemble des aéroports tunisiens ».

Elle a ajouté que « le syndicat demeurait ouvert au dialogue jusqu’aux derniers instants avant le début de la grève ».

Sahraoui a imputé la grève à la non-application du PV d’accord datant du 28 décembre 2018, qui prévoit la représentativité de l’UGTT au Conseil d’administration de l’Office de l’aviation civile et des aéroports (OACA), et la non-inclusion de l’augmentation de la prime convenue lors des négociations en 2012/ 2013 à la prime de base, à l’instar de la prime spécifique des autres secteurs de l’Office.

Parmi les points, figurent aussi la révision de l’organigramme qui n’a pas été revu depuis 2007, afin que l’office soit conforme aux standards internationaux en termes de prestations de la navigation aérienne.

Toutes ces revendications ont fait l’objet d’un accord entre les ministres du Transport, des Affaires sociales, le PDG de l’OACA, en présence du membre du bureau exécutif Mohmaed Msedi, et du SG de l’Union régionale du travail de Tunis, Farouk Ayari, à la date de décembre 2018, mais n’ont pas été activées jusqu’à présent.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun