« Les complots et les manœuvres ne réussiront pas en Tunisie » (Kais Saied)

31-01-2020

« Le jour viendra où on va révéler les personnes ou les parties qui complotent, je n’accuse personne ou une partie déterminée…je connais beaucoup de ce qui se trame et l’histoire est en mesure de faire le tri…les jeunes le savent aussi », a déclaré hier soir, jeudi 30 Janvier, le président de la République, Kais Saied, sur al-Wataniya.

Dans sa première apparition médiatique, 99 jours après son accession à la présidence, le chef de l’Etat est revenu sur des propos qu’il avait tenus précédemment selon lesquels des parties étaient en train de conspirer contre la Tunisie, affirmant que « les conspirations et les manœuvres ne réussiront pas en Tunisie, grâce aux efforts et sacrifices des forces sécuritaires et militaires », appelant les Tunisiens « à ne pas se laisser influencer ou sentir la terreur, envers les tentatives désespérées de certaines parties de semer le trouble ».

Au sujet de son choix d’Elyes Fakhfakh pour former le futur gouvernement, le chef de l’Etat a rétorqué qu’il aurait pu choisir une personnalité jugée la plus apte, en dehors de la liste que lui ont fait parvenir les partis, signalant qu’il s’est appuyé sur les propositions des partis, blocs et organisations, et que le choix était le sien sans l’intervention de quiconque. « C’est l’Assemblée des représentants du peuple qui décidera, en définitive, au sujet du prochain chef du gouvernement, que des urgences attendent liées à la situation socio-économique, et au bon fonctionnement des services publics vitaux, comme la santé, l’enseignement, l’emploi et la sécurité sociale », a-t-il souligné en substance.

A propos de sa relation avec le chef du gouvernement d’expédition des Affaires courantes, ou avec la présidence du parlement, il a souligné qu’il y avait « ceux qui cherchent l’affrontement…mais je ne veux l’affrontement avec quiconque…je suis conscient de ce que je dis et je fais ». Il a ajouté que ses relations avec Youssef Chahed ou Rached Ghannouchi procèdent du souci « d’assurer la continuité des appareils de l’Etat et ses institutions, et d’assurer les services publics aux citoyens », affirmant qu’il était indépendant de tout le monde, qu’il n’appartenait à aucune partie, et que sa « seule appartenance est à la Tunisie’.

Le locataire de Carthage a affirmé « tenir ses engagements envers les jeunes et les démunis, et chercher tous les moyens, permettant de répondre à leurs revendications réelles en termes de liberté, d’emploi et de dignité…même si des initiatives ou des projets de loi n’ont pas été posés dans cette direction….et ce jusqu’à ce que la situation se stabilise au niveau des institutions de l’Etat, notamment la validation du futur gouvernement ».

« Le contact sera continu avec les jeunes…j’ai fait ce que j’ai pu faire…pour concrétiser nombre de projets, notamment dans les régions intérieures les moins loties…il faudrait des instituions stables…mais je pense que je suis déterminé à œuvrer pour accéder à leurs revendications…notamment la concrétisation de leur volonté de faire évoluer leurs revendications au niveau de la décision. Car, la pauvreté est la pire forme de violence en Tunisie, et sa vraie richesse est sa jeunesse ».

Kais Saied a annoncé que « parmi les projets pour lesquels il est en train d’œuvrer depuis longtemps, il y en a un qui attend concrétisation dans des délais non lointains, c’est l‘instauration de la cité médicale aghlabide à Raqqada (Kairouan). »

Cette cité comprend toutes les spécialités, ainsi que d’autres services, dont des jardins, écoles et hôtels. Les études liées à ce méga-projet sont quasiment prêtes, et les efforts se poursuivent pour collecter les financements nécessaires, a-t-il fait savoir. 

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un