Les suspects de l’agression contre un café à Radès n’ont rien à voir avec la pensée Takfirie

27-05-2019

Le substitut du procureur de la république de Ben Arous, Omar Hanin, a réfuté toute relation des trois personnes arrêtées, pour un acte d’agression contre un café à Radès, avec la pensée takfirie.

Dans une déclaration à la TAP, il a ajouté que les trois accusés allaient être traduits ce lundi devant le parquet.

Revenant aux faits, il a indiqué qu’une altercation a opposé samedi dernier avant la rupture du jeûne quatre personnes qui étaient à bord d’une voiture, et le propriétaire d’un café et ses employés à Radès Miliane. Ces derniers ont fait l’objet de violence verbale, avant que le différend ne soit aplani.

Peu de temps après, le même groupe est revenu avec un grand nombre de personnes portant des bâtons, se sont attaqués au café, ont saccagé sa devanture, ont tenté de mettre le feu à sa porte extérieure, et ont agressé son propriétaire et l’un de ses employés.

Le ministère de l’Intérieur avait fait état auparavant dans un communiqué, rendu public dimanche, de l’arrestation du principal suspect âgé de 24 ans, dans l’acte d’agression contre un café à Radès, le samedi 25 Mai 2019. Il habite Radès el-Milaha, a un casier judiciaire, et fait l’objet d’un préavis de recherche depuis 2018. Ses accompagnateurs, âgés de 19 et 27 ans, ont été également appréhendés.

Le ministère évoque une dispute devant un café qui a dégénéré. Un groupe de personnes est arrivée par la suite, a tenté de faire irruption dans le café et a violenté un de ses employés, ajoute-t-il.

Sur ordre du parquet de Ben Arous, les suspects ont été placés en garde à vue et traduits devant la brigade anticriminelle pour la poursuite des investigations et l’identification des autres suspects, selon la même source.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun